le Nouveau gouvernement Sarkozy : Resseré et Révolutionnaire

15 novembre 2010


illustration par Rimbus

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

Vous avez dit « gouvernement resserré » ?

16h 32 – C’était dans les promesses de campagne du candidat Sarkozy : « Si je suis élu, mon gouvernement sera limité à 15 ministres pour être plus efficace » et « Je gouvernerai avec un gouvernement resserré ». Le gouvernement Fillon I comptait 16 ministres mais 21 membres avec ses secrétaires d’Etat et Fillon II au départ 33, gonflant ensuite au fil des remaniements jusqu’à 39 membres. Pour être moins efficace ? Mais voilà que l’UMP nous refait le coup : à l’approche du dernier remaniement, elle nous annonce à nouveau un « gouvernement resserré ». Début septembre, comme le rapporte L’Express, le secrétaire général de l’Elysée et bras droit de Sarkozy, Claude Guéant, « a évoqué de nouveau un gouvernement « resserré », en soulignant que le président aurait « à l’esprit la référence » du premier gouvernement de François Fillon avec « 16 ministres. » Finalement, caramba, c’est encore raté : le nouveau gouvernement compte 22 ministres (et 8 secrétaires d’Etat). Rassurez-vous, ça n’empêche pas l’UMP d’afficher en titre ce matin, à la Une de son site, on vous le donne en mille : Un gouvernement resserré. ( http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Un-Gouvernement-resserre-8166.html )
le kiosque permanent de plume de presse du 15 novembre 2010 : http://www.plumedepresse.net/le-kiosque-permanent-de-plumedepresse/


Le président et son numéro 1


Christine Lagarde n°6,
ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie

Un gouvernement « révolutionnaire » selon Christine Lagarde : à ce stade de foutage de gueule…

14h 42 – Récapitulons : François Fillon reste Premier ministre, comme Brice Hortefeux conserve l’Intérieur, tout en récupérant l’Immigration – quoi de mieux pour s’occuper de ce sujet qu’un homme condamné par la justice pour injure raciale ? -, dont il était déja en charge avant qu’Eric Besson ne lui fasse concurrence en zèle dans la persécution des étrangers ; Christine Lagarde reste à Bercy, comme François Baroin au Budget, Valérie Pécresse, Luc Chatel, Bruno Le Maire, Georges Tron, Benoist Apparu, Marie-Luce Penchard et Frédéric Mitterrand gardant aussi le même portefeuille. Il y a également ceux qui changent d’affectation mais restent au gouvernement : Eric Besson, Pierre Lellouche, Nathalie Kosciusko-Morizet, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Nadine Morano, Chantal Jouanno, Laurent Wauquiez, Henri de Raincourt, Michel Mercier et Nora Berra. Comme le résume L’Express, « Si l’on excepte les secrétaires d’Etat (Lefebvre, Mariani, Montchamp et Bougrab), les seuls vrais nouveaux s’appellent Maurice Leroy (Ville), Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) et Philippe Richert (collectivités). Alain Juppé et Xavier Bertrand ne sont que des grands revenants. Le reste n’est que chaises musicales (Affaires étrangères, Justice, Santé, Sport…) ou statu quo (Intérieur, Bercy, Education, Recherche…) ». Trois vrais nouveaux, donc, sur 22 ministres.

Et que nous sort l’impayable Christine Lagarde ? « Le nouveau gouvernement est « totalement révolutionnaire », avec « un tour complet à 360 degrés », a affirmé lundi la ministre de l’Economie ».
le kiosque permanent de plume de presse du 15 novembre 2010 : http://www.plumedepresse.net/le-kiosque-permanent-de-plumedepresse/

Après l'affaire DSK et sa démission du FMI , en Juin 2011 Lagarde est candidate à sa succession.

L’affaire Tapie n’a pas fini de causer des tourments à Christine Lagarde. Déjà sous la menace d’une enquête de la Cour de justice de la République (CJR), la ministre de l’économie, candidate à la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI), voit se profiler un nouveau péril. Le procureur de Paris a ouvert à la mi-juin une enquête préliminaire pour "abus de pouvoirs sociaux".
Dans son rapport de saisine de la CJR du 10 mai, révélé par Mediapart et dont Le Monde a eu copie, M. Nadal souligne "l’implication personnelle de la ministre", qui "a constamment exercé ses pouvoirs ministériels pour aboutir à la solution favorable à Bernard Tapie", en prenant "des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi", fait pénalement qualifié d’"abus d’autorité".
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/22/la-pression-judiciaire-s-accentue-sur-christine-lagarde_1539149_3224.html

04/08/2011 Après des semaines de tergiversation, une enquête est ouverte devant la Cour de Justice de la République sur le rôle de Christine Lagarde, actuelle directrice générale du Fonds monétaire International (FMI), dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, alors qu'elle était ministre de l'Economie. Il revient maintenant au procureur général près la Cour de cassation de saisir la commission d'instruction de la CJR de cette enquête. Selon le Nouvel Observateur, cette enquête est ouverte pour "complicité de faux" et "complicité de détournement de fonds publics".
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=11825

Tapie : Lagarde "impliquée personnellement"
Le document est "accablant" pour Christine Lagarde, selon Médiapart. Le site s'est procuré les motivations de la Cour de justice de la république qui ont conduit à l'ouverture d'une enquête, le 4 août, sur l'actuelle directrice générale du FMI. Selon ce document, la commission des requêtes estime que Lagarde "s'est impliquée personnellement et de façon litigieuse dans le dossier", explique Médiapart.
Lagarde L'ex-ministre de l'économie "paraît avoir personnellement concouru aux faits, notamment en donnant des instructions de vote aux représentants de l'Etat dans le conseil d'administration de l'EPFR [Etablissement public de financement et de restructuration], gérant le soutien financier de l'Etat au CDR [Consortium de réalisation, la stucture publique qui gérait le passif du Crédit lyonnais], voire au président de cet établissement public en sa qualité de membre du conseil d'administration du CDR", concluent les enquêteurs de la CJR.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=11860

Tapie-Lagarde : développements de l'enquête (Le Monde)
Nouveau rebondissement dans l'affaire Tapie. Le Monde révèle que des perquisitions ont eu lieu au domicile de l'homme d'affaires et de Stéphane Richard, directeur de cabinet de Christine Lagarde lorsqu'elle était ministre de l'économie. Objectif ? Vérifier s'il n'y a pas eu "usage abusif de pouvoirs", voire "détournement de fonds publics" dans la procédure d'arbitrage qui a accordé 403 millions d'euros à Bernard Tapie. En toile de fond: la question de l'influence qu'aurait pu avoir Nicolas Sarkozy dans cette procédure.
La justice accélère. En septembre 2012, une information judiciaire a été ouverte pour "usage abusif de pouvoirs sociaux et recel de ce délit" au détriment du Consortium de réalisation (CDR), l'organisme public chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais. Cette enquête, désormais étendue à des faits de "détournement de fonds publics" et de "faux", vise à déterminer les circonstances dans lesquelles une procédure d'arbitrage a accordé 403 millions d'euros à Bernard Tapie dans son litige qui l'oppose au Crédit Lyonnais dans le cadre de la vente d'Adidas. Les enquêteurs s'intéressent notamment au rôle de la ministre de l'économie de l'époque, Christine Lagarde, qui serait intervenue à plusieurs reprises pour enclencher une procédure d'arbitrage pourtant défavorable à l'Etat. Celle qui est désormais directrice générale du FMI pourrait être entendue prochainement par la Cour de justice de la République.
En attendant, l'enquête avance. D'après Le Monde, "le juge Jean-Michel Gentil, chargé à Bordeaux de l'affaire Bettencourt, dans laquelle l'ex-chef de l'Etat est témoin assisté, a récemment transmis aux magistrats de la Cour de justice une copie de certains agendas de M. Sarkozy susceptible d'éclairer leur enquête". Or, "il apparaît que sur la période-clé 2007-2008, M. Tapie a été reçu à de nombreuses reprises par M. Sarkozy, d'abord au ministère de l'intérieur, puis à l'Elysée, une fois ce dernier élu président de la République, en mai 2007". Une confirmation de ce qui était pressentie depuis longtemps, certains journalistes ayant aperçu Tapie à l'Elysée en 2008.
Autre élément troublant : "Les agendas transmis par M. Gentil attestent également de rencontres entre M. Sarkozy et Pierre Mazeaud, l'un des trois arbitres (avec Pierre Estoup et Jean-Denis Bredin) choisis pour trancher le litige", indique Le Monde. Interrogé par les enquêteurs, "Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, a assuré avoir cessé toute relation avec Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier annonça en janvier 2009 son projet de suppression des juges d'instruction". Et ce n'est pas tout. Dans une lettre anonyme envoyée à François Bayrou dans une enveloppe à entête du ministère des finances, un mystérieux corbeau "assure que Mme Lagarde ne saurait être tenue responsable d'une procédure qui lui aurait été imposée par l'ex-avocat de M. Tapie, Jean-Louis Borloo (éphémère ministre des finances entre mai et juin 2007) et Nicolas Sarkozy".
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15040

Bernard Tapie et son avocat mis en examen (le 28 juin 2013) pour escroquerie en bande organisée

Bernard Tapie, 70 ans, qui venait de passer quatre jours en garde à vue dans les locaux sécurisés d'un hôpital parisien, a été laissé libre sous contrôle judiciaire, tout comme son avocat. Il s'agit des quatrième et cinquième mises en examen dans ce dossier, après celle de l'un des trois arbitres, Pierre Estoup, l'ex président du Consortium de réalisation (CDR - organisme sous tutelle de l'Etat chargé du passif du Crédit Lyonnais), Jean-François Rocchi, et Stéphane Richard, l'ex-directeur de cabinet de l'ancienne ministre de l'économie, Christine Lagarde. Cette dernière a pour sa part été placée sous le statut de témoin assisté.
Interrogé par les policiers le 31 juillet 2012, Bernard Tapie leur avait affirmé n'avoir "jamais parlé du dossier" à un président de la République, à un premier ministre, un ministre ou aux membres de leurs cabinets. L'enquête a depuis montré qu'il s'était rendu de nombreuses fois à l'Elysée, notamment deux mois après l'élection de M. Sarkozy, en juillet 2007, pour une réunion uniquement sur l'arbitrage. Simple "réunion d'information", a plaidé M. Tapie en ne démentant pas sa présence. "Laisser entendre que M. Sarkozy y est pour quoi que ce soit est un coup monté" pour l'atteindre politiquement, avait-il dénoncé. Une analyse réitérée dans son livre paru jeudi, dans lequel il affirme que M. Sarkozy n'a donné "aucune instruction". Cette affaire réveille en France le spectre du conflit d'intérêts entre politique et monde des affaires. Certains soupçonnent Nicolas Sarkozy d'avoir favorisé Bernard Tapie pour son soutien lors de la campagne de 2007.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/28/bernard-tapie-mis-en-examen-pour-escroquerie-en-bande-organisee_3438694_3224.html

Christine Lagarde, ministre de l'Economie, est-elle la "wonder woman de l'économie mondiale" comme l'appelle le magazine Gala ?
Oui si l'on en croit "un de ses proches" qui n'hésite pas à dire que sa discussion avec Henry Paulson, le secrétaire au Trésor américain "a certainement pesé sur la décision prise par la Réserve fédérale américaine (Fed) pour sauver AIG". Le premier assureur américain a été sauvé de la faillite par le gouvernement américain qui lui a versé 85 milliards de dollars.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1196

Impôts : Lagarde rentre à la niche Sur les 359 exemptions, elle ne s'attaquera qu'à cinq. Enfin, quatre.
Mettre fin aux abus des niches fiscales, et faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat : c'est une des nouvelles obsessions du gouvernement. Et on allait voir ce qu'on allait voir. Tout a commencé le 16 avril, à l'Assemblée nationale. Ce jour-là, la députée UMP Chantal Brunel, a eu droit à une standing ovation... de la part de la gauche. Elle avait choisi de questionner le gouvernement sur l'avenir des 359 "niches" fiscales, ces investissements qui permettent aux plus fortunés de payer moins d'impôts (sur les ventes de chevaux de course, ou les bénéfices des trufficulteurs par exemple). "Pouvez-vous nous dire ce que compte faire le gouvernement ?", concluait-elle, sous les applaudissements fournis de la gauche et le silence gêné des bancs UMP. Aussitôt, la ministre de l'Economie et des Finances se lançait dans une diatribe contre ces niches fiscales, estimant qu'il fallait les passer en revue, pour, éventuellement, en supprimer, ou en plafonner quelques unes. Elle annonce la parution imminente d'un rapport sur ce sujet...
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=720

mai 2012 l'indécence de Christine Lagarde

Le FMI a publié son contrat de travail, qui prévoit un salaire de base de 467.940 dollars par an et une allocation pour frais de représentation (sans justificatifs) de 83.760 dollars par an, soit un total de 551 700 dollars. Au taux de change actuel, cela représente environ 31 700 euros par mois. Cette somme n'est soumise à aucun impôt, grâce au statut de fonctionnaire international des salariés du Fonds.
http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/christine-lagarde-prend-fonctions-fmi-salaire-551700-dollars-132401

La directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, s'est attiré les foudres des Grecs, qui se disent "humiliés" par ses propos sur le paiement des impôts, mais aussi les critiques de Paris. Mme Lagarde a mis le feu aux poudres en estimant dans une interview au quotidien britannique The Guardian que "les Grecs devraient commencer par s'entraider mutuellement", et ce en "payant tous leurs impôts".
La directrice du FMI, évoquant "tous ces gens qui tentent en permanence d'échapper à l'impôt", s'est ensuite dit moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique. "Je pense davantage à ces enfants d'une école d'un petit village du Niger qui n'ont que deux heures de cours par jour, qui partagent une chaise pour trois et qui cherchent passionnément à avoir accès à l'éducation, poursuit-elle. Je pense à eux en permanence, parce que je pense qu'ils ont davantage besoin d'aide que la population d'Athènes."
http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/27/lagarde-demande-aux-grecs-de-payer-leurs-impots_1708007_3214.html

Pour le "Guardian", Mme Lagarde est mal placée pour critiquer Pour l'éditorialiste du quotidien britannique, Christine Lagarde véhicule un cliché : les Européens du Sud, irresponsables, qui ont profité de l'euro pendant dix ans, doivent désormais payer. Pour le Guardian, la directrice du FMI feint néanmoins d'oublier que les emprunteurs ne sont imprudents que s'ils trouvent... des prêteurs imprudents. Et de rappeler qu'à l'été 2010, aux prémices de la crise de l'euro, alors que Christine Lagarde était ministre de l'économie et des finances, les banques françaises étaient les plus exposées en Grèce.


Mélenchon répond à Mme Lagarde

18 juin 2013 : "utilise-moi pendant le temps qui te convient"

L'ancienne ministre de l'économie, Christine Lagarde, a été auditionnée le 23 mai par la Cour de justice de la République dans l'affaire Tapie-Lagarde. Lors de la perquisition que les enquêteurs ont effectuée à son domicile parisien, le 20 mars, ils ont trouvé une lettre manuscrite, non datée, destinée à Nicolas Sarkozy, en forme de serment d'allégeance.
1) Je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France.
2) J'ai fait de mon mieux et j'ai pu échouer périodiquement. Je t'en demande pardon.
3) Je n'ai pas d'ambitions politiques personnelles et je n'ai pas le désir de devenir une ambitieuse servile comme nombre de ceux qui t'entourent dont la loyauté est parfois récente et parfois peu durable.
http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2013/06/17/la-lettre-d-allegeance-de-christine-lagarde-a-nicolas-sarkozy_3431248_3224.html

Ce n'est qu'un long ricanement, de la Toile aux radios du matin. Imaginez-vous que Christine Lagarde a écrit à Nicolas Sarkozy, une lettre dans laquelle elle lui fait part de son "immense admiration", et le supplie : "utilise-moi pendant le temps qui te convient". C'est Le Monde qui a publié hier cette lettre (lien abonnés), laquelle s'est hissée ce matin à la première place des articles les plus partagés du site du journal. Hilarité du chroniqueur économique de France Inter Philippe Lefébure. Hilarité d'Elkabbach, qui demande à son invité, Eric Woerth, s'il lui est arrivé d'écrire une telle lettre d'allégeance. Cette Lagarde ! Quelle gourde, tout de même.
Le Monde ne publie pas cette lettre seule. Il la publie dans le cadre d'un copieux et excellent dossier sur l'affaire, signé Fabrice Lhomme et Gérard Davet, dossier dans lequel la manip, menée par la "bande organisée", composée du juge-arbitre Estoup, de l'avocat de Tapie Lantourne, et du directeur de cabinet de Lagarde Stéphane Richard, est dévoilée avec un luxe de détails ébouriffants. On y démontre comment Estoup a rédigé quasiment seul l'arbitrage qui a fait la fortune de Tapie, réduisant les deux autres "arbitres", Bredin et Mazeaud, au rang de figurants de super-luxe. On y apprend notamment (parmi mille autres détails) que Richard aurait profité d'un voyage de sa ministre, pour signer de sa "griffe" un document favorisant cet arbitrage. On y conclut (logiquement) que Sarkozy est désormais au centre de l'enquête (lien abonné). Il faut lire soigneusement tous ces articles, qui n'ont fait aucun buzz hier, dont les radios du matin n'ont pas soufflé mot, et que les internautes n'ont pas cru bon de devoir partager.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15725

le "meilleur d'entre nous" devient numéro 2 à la défense

 


Juppé: "Je n'irai pas au gouvernement" (2008)

Le vendredi 30 janvier 2004, le tribunal de Nanterre condamne le "porteur de sombrero" du président de la république à 18 mois de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité. Le principal fautif reste intouchable dans son bunker judiciaire de l’Elysée. Mais Juppé prend donc 10 ans d’inéligibilité, ce n’est pas rien ! Il faut dire qu’il est convaincu de détournement d’argent public, on a déjà vu faute plus vénielle. Pour la bonne bouche, un extrait du jugement : "Que la nature des faits commis est insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi ; qu’agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain." Bigre. Mais pas d’affolement excessif, la cour d’appel de Versailles ramène en 2004 sa période d’inégibilité à... un an ! Un revirement judiciaire et une clémence qui tombent sacrément bien. Mais il est tout de même condamné à 14 mois de prison avec sursis. Sans doute cette peine n’est-elle pas assez infamante, puisqu’Alain Juppé revient dans la politique : le conseil municipal de Bordeaux a démissionné en bloc pour lui permettre de reprendre son fauteuil de maire.
http://archives.plumedepresse.net/spip.php?article662

son fils bénéficiait, à un tarif défiant toute concurrence, d'un appartement de la Mairie de Paris, d'une superficie de 189 m2, dans un des quartiers les plus prisés de la capitale. Juppé lui-même avait signé de sa main un ordre de réduction du loyer de son fils. Alors que tous les dignitaires de cette dynastie destituée ont manoeuvré pour échapper aux foudres de la très lente Justice du pays, Juppé n'a pu échapper à un châtiment symbolique, pour toutes les années où le parti au pouvoir vivait aux crochets de la mairie, et des oligarques désireux de s'attribuer des marchés publics. Pour financement illégal du groupe au pouvoir, il a été condamné à dix ans d'inéligibilité. En appel, ces dix ans ont été ramenés à un an.
Hors le scandale de Karachi, le retour de Juppé est aussi une belle promesse de nouvelles casseroles. Sa femme, Isabelle, est salariée de l'oligarque marchand d'armes Lagardère, alors qu'il est ministre de l'Armée. Pour l'instant, nul n'a prononcé le mot de "conflit d'intérêts". Mais parions que cela ne saurait tarder.
Mensonges, cumul, conflit d'intérêt, cynisme, reniements, impunité: Juppé, c'est le Sarkozistan éternel et profond.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3543

Regardez cette magnifique Une du site britannique Metro : Un criminel français pourrait jouer un rôle clé dans la défense du Royaume-Uni ! C’est le camarade Richard Trois qui a débusqué la chose sur le Post : « Emotion outre-manche. Au lendemain du remaniement et à quelques jours du sommet de l’Otan qui s’ouvre ce vendredi à Lisbonne, les journaux britanniques découvrent que le nouveau ministre de la Défense français, Alain Juppé, est un « criminel condamné. » (…) Le député conservateur Patrick Mercer, colonel de l’armée britannique, s’est dit « choqué » par le choix d’Alain Juppé, rapporte le quotidien. En effet, selon le nouvel accord franco-britannique de défense, une partie des troupes britanniques, dont les paras et les SAS, pourrait être placée sous commandement français, et donc sous l’autorité du ministère de la Défense.
Au delà de sa condamnation, la présence d'Alain Juppé au sommet de l'OTAN, qui s'ouvre ce vendredi à Lisbonne, fait jaser les membres de l'Alliance Atlantique. En effet, avant sa nomination, Alain Juppé était très réservé sur la réintégration de la France dans le commandement de l'Alliance telle que négociée par l'Elysée, réintégration qu'il qualifiait de "marché de dupes". Selon la tradition d'indépendance gaulliste, Alain Juppé est (était?) opposé à la participation de la France à un bouclier anti-missile global. C'est ce même bouclier anti-missile que Nicolas Sarkozy et le conseil de l'OTAN vont adopter en présence d'Alain Juppé. Même désaccord avec Nicolas Sarkozy sur la poursuite de l'engagement militaire français en Afghanistan ou encore sur l'appel à "un monde sans armes nucléaires" signé avec Michel Rocard et lequel est soutenu par Barack Obama mais est rejeté par Nicolas Sarkozy. Mais enfin tout va bien... puisque d'après France Inter, Alain Juppé a effacé tous les articles de son blog où il détaillait ses positions génantes. Fini tout cela, il est maintenant ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy...
http://www.lepost.fr/article/2010/11/19/2310265_les-britanniques-decouvrent-un-criminel-condamne-au-sein-du-gouvernement-sarkozy.html

Le 27 février 2011, il est nommé ministre des Affaires étrangères et européennes et remplace Michèle Alliot Marie, démissionnaire, tout en restant ministre d'État. Il sera remplacé par Gérard Longuet

L'ancienne commissaire aux comptes de la société de conseil du ministre a alerté la justice en raison d'irrégularités.

Gérard Longuet a déjà été visé par une plainte pour prise illégale d'interêt déposée le 4 mars par un actionnaire minoritaire de GDF Suez, Jean-Marie Kuhn. Celui-ci accuse le ministre de la Défense d'avoir conclu un contrat de consultant en septembre 2008 avec GDF Suez alors qu'il était sénateur et d'avoir défendu des "positions favorables à GDF Suez" en vue de l'adoption de la loi Nome (nouvelle organisation du marché de l'électricité).

Gérard Longuet a récemment été cité dans le livre de Martin Hirsch : "Pour en finir avec les conflits d'intérêts", alors que le ministre était encore président du groupe des sénateurs UMP.

Le ministre a par ailleurs eu plusieurs fois affaire à la justice. Il a été condamné pour "violence et voies de fait" lors de son engagement de jeunesse dans le groupuscule d'extrême-droite "Occident".

Il n'a jamais été condamné pour des faits de corruption présumée mais a connu plusieurs mises en examen. :
La première en 1995, dans l'enquête sur le financement occulte du Parti républicain,
puis pour pour "recel d'abus de crédit" pour la construction de sa villa de Saint-Tropez.
En mai 2001, il est placé en garde à vue pour recel de corruption dans l'affaire des marchés publics d'Ile-de-France. Chaque fois, il bénéficie d'une relaxe ou d'un non-lieu (lire l'article d'Estelle Gross: Juppé, Longuet, deux ministres que la justice connaît bien)

Le nom de Gérard Longuet est également cité dans l'enquête sur l'attentat de Karachi. Le juge Van Ruymbeke, qui soupçonne le versement de rétrocommissions, a obtenu que l'affaire du financement du Parti républicain soit versée au dossier.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110323.OBS0143/longuet-dit-ne-pas-etre-informe-des-accusations-de-faits-delictueux.html

les Exploits de Michèle Alliot Marie (MAM) numéro 3 du nouveau gouvernement (affaires étrangères)

28 février 2011 : Sarkozy s'est enfin débarrassé de sa ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie. Mais cette éviction intervient trop tardivement. Le boulet MAM s'est transformé en bombe à répétition, chaque jour apportant son lot de démentis ministériels aussitôt démentis par les faits. Les dégâts se révèlent considérables, non seulement à l'extérieur de la France où la diplomatie de l'Elysée a perdu une grande part de sa crédibilité, mais aussi à l'intérieur.
Dans la perspective de la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy voulait utiliser la présidence française du G20 pour parfaire son allure de grand chef d'Etat et faire ainsi pièce à Dominique Strauss-Kahn, son éventuel rival. C'est raté. Toute la compétence - bien réelle - du nouveau ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, ne suffira pas à restaurer cette diplomatie carbonisée.
http://www.courrierinternational.com/article/2011/02/28/l-annee-commence-mal-pour-nicolas-sarkozy

La chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, a eu recours fin 2010 en Tunisie à un jet privé d'un homme d'affaires tunisien, présenté par le Canard Enchaîné comme un membre du clan Ben Ali,

ce qu'a démenti mardi le cabinet de la ministre. L'hebdomadaire révèle que la ministre a utilisé entre Noël et le Jour de l'An cet avion pour relier Tunis à la ville de Tabarka, avec son conjoint Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement, et des membres de leur famille. Michèle Alliot-Marie est vivement critiquée en France depuis le 11 janvier janvier, pour avoir sous-estimé la révolution du jasmin et avoir proposé devant l'Assemblée nationale une coopération sécuritaire au régime Ben Ali. L'avion privé ainsi que l'hôtel de destination de Michèle Alliot-Marie appartiennent à Aziz Miled, ami de longue date de la ministre et présenté par le Canard Enchaîné comme proche de Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ex-président Zine el Abidine Ben Ali. «Il est vrai que Michèle Alliot-Marie, après avoir pris un vol commercial de Paris à Tunis, a ensuite pris un avion privé pour Tabarka», a indiqué à l'AFP son cabinet. «C'était à l'invitation de Aziz Miled, un ami depuis plusieurs années, qui est le propriétaire d'une compagnie aérienne appelée Nouvelair. Aziz Miled était dans l'avion et les a emmenés, avec ses parents et son conjoint», a-t-on précisé de même source.
http://www.liberation.fr/politiques/01012317347-mam-a-utilise-un-avion-d-un-membre-du-clan-ben-ali-selon-le-canard

Reste un détail, un incident, une bêtise: cette maudite révolution.
Passer ses vacances dans un pays où la police tire à balles réelles sur les manifestants, ne pose-t-il pas un léger problème ?

demande (plus poliment que je ne le fais) Pujadas à MAM. La ministre, accablée: "Si on ne doit aller que dans les pays où il ne se passe rien..." D'ailleurs, que se passait-il, en Tunisie ? MAM n'en conserve pas le souvenir précis. Tout est si flou! Le suicide de Mohammed Bouazizi, qui a déclenché la révolution tunisienne "ne s'est produit qu'à la fin de mon séjour, c'est le souvenir que j'en ai" assure-t-elle à Pujadas. Ah, malheureuse amie MAM ! Bouazizi s'est immolé le 17 décembre. Les émeutes ont débuté le lendemain. Si vous vous êtes envolée "entre Noël et le jour de l'an", peut-être n'aviez vous pas connaissance des derniers développements ? Le 22, second suicide d'un jeune Tunisien, par électrocution. Le 24, un mort et dix blessés, dans des affrontements (dépêche AFP). Il est vrai, comme nous le signalions, que les premières images à la télévision datent du 29 décembre, soit, en effet, à la fin des douces vacances excursionnistes et amicales. Voilà le souci. MAM, aussi fidèle télespectatrice qu'amie, mais ministre à trous, ne s'informe que par la télévision. Elle n'avait pas pensé à appeler le Quai d'Orsay.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10249


Quand MAM proposait d'aller aider la répression... par jackyshow38

Révolution Tunisienne: MAM se surpasse
en proposant que la France aide le dictateur a mater son peuple!

un cable de Wikileaks :
"La famille élargie du président Ben Ali est fréquemment présentée comme le carrefour de la corruption en Tunisie. Souvent qualifiée de quasi mafia, une vague allusion à"la Famille"suffit à indiquer de laquelle vous voulez parler. Il semble que la moitié de la communauté tunisienne des affaires peut se targuer d'être lié aux Ben Ali par un mariage, et nombre de ces relations ont su profiter à plein de leurs connexions familiales."

L'ONU compte une centaine de morts pendant la Révolution Tunisienne

Contrairement à ses premières déclarations, Michèle Alliot-Marie a téléphoné à l'ex-président Ben Ali, pendant son séjour à Tabarka.

Pendant ce même séjour, ses parents ont acheté des parts de Société Civile Immobilière à l'homme d'affaires tunisien qui avait prêté son jet privé à la famille, contredisant ainsi le caractère "fortuit" de ces voyages aériens.
Mediapart révèlait hier que la ministre des Affaires étrangères s'est entretenu avec l'ex-président de Tunisie Ben Ali alors qu'elle était en vacances à Tabarka, et alors même que la répression contre les manifestations faisait rage. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé à Médiapart l'existence de cette conversation. "Lors de cet entretien, le président Ben Ali a-t-il demandé l'assistance de la France pour mater la rébellion?", demande Mediapart. "Une source au Quai d'Orsay" dément, selon le site. Deux semaine plus tard, à l'Assemblée Nationale, la ministre proposait au gouvernement tunisien "le savoir -faire reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité".
"Cette affaire n'a rien d'illégal. Elle est tout simplement scandaleuse. Et dangereuse. Elle témoigne de l'indifférence d'une des principales ministres du gouvernement à ce qui devrait être une évidence : on ne peut exercer de telles fonctions sans être au-dessus de tout soupçon. Ne pas le comprendre, c'est saper tout respect vis-à-vis de l'autorité publique" Le monde
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10380


Quand MAM ne sait pas, ne voit pas, n'entend pas...

@si rafraîchit la mémoire de MAM Best-of Arrêt sur images

Sortie à l’Assemblée Nationale. Bilan : 10 élèves matraqués

MAM et l'ultra gauche

Dès qu’elle prend ses fonctions au printemps 2007, Michelle Alliot-Marie redoute un ennemi qui n’existe pas encore : un terrorisme venu de l’ultragauche. Ses services se sont appliqués à lui donner une réalité a posteriori, à travers l’affaire Julien Coupat. Un membre important de son cabinet confirme que «la ministre de l’Intérieur a très tôt fait l’analyse suivante : la quasi-disparition du parti communiste, les états d’âmes du parti socialiste et les faiblesses de la LCR ont ouvert un espace de contestation qui n’est plus encadré par un parti démocratique. Dans ce contexte, des mouvements peuvent développer des contestations allant bien au-delà de la rhétorique. Aussi, a-t-elle demandé à la DST de travailler sur ce nouveau phénomène.» Tout est dit.
http://www.liberation.fr/societe/0101268282-le-terrorisme-d-ultragauche-idee-fixe-d-alliot-marie

Mais comment les journalistes ont-ils été alertés sur ces arrestations ? "Tout simplement par le ministère de l'Intérieur, explique Franck Cognard, de la cellule enquête de France Info. La plupart des journalistes habitués à suivre les affaires policières ont été avertis par téléphone mardi matin que Michèle Alliot-Marie donnerait une conférence de presse à 10 heures." Un "procédé très atypique", dixit Cognard, qui a déclenché une petite tornade médiatique, même si certains assurent avoir été au courant avant le communiqué du Ministère : "Un de nos journalistes avait été prévenu de l'opération dès 6 heures du matin, par une source qui l'a appelé chez lui, indique Anne-Cécile Juillet, du Parisien. Et nous ne nous sommes même pas rendus à la conférence de presse."
"Les policiers du renseignement intérieur et de la sous-direction antiterroriste, en charge de l'enquête, ne disposent pas pour l'instant de preuves matérielles. (...) La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait annoncé elle-même l'opération dès mardi matin, avant même les premiers interrogatoires, et laissé entendre que des indices désignaient les suspects comme les auteurs des actes.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1383

« Ils ont adopté la méthode de la clandestinité, assure la ministre de l’Intérieur. Ils n’utilisent jamais de téléphones portables et résident dans des endroits où il est très difficile à la police de mener des inquisitions sans se faire repérer. Ils se sont arrangés pour avoir, dans le village de Tarnac, des relations amicales avec les gens qui pouvaient les prévenir de la présence d’étrangers. » Elle en convient, « il n’y a pas de trace d’attentats contre des personnes. »
Plusieurs personnes ont été arrêtées à Tarnac puis déférées à la Section antiterroriste du parquet de Paris après une garde à vue de 96 heures, c’est-à-dire le maximum autorisé par la législation d’exception dite « antiterroriste », le tout sous l’œil des caméras et des journalistes. Les procès-verbaux des interrogatoires de garde à vue ont été rendus publics, comme certains rapports de synthèse des services de police, et la ministre de l’Intérieur a cru devoir porter des accusations de terrorisme contre les personnes mises en cause.
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2983

Le propre porte-parole de Michèle Alliot-Marie en viendra à reconnaître devant David Dufresne de Mediapart (vidéo en lien ci dessous) que le cri de victoire médiatique de la ministre était improvisé et précipité : (noir)En fait, Gérard Gachet, porte-parole du ministère, nous le révèle (cf. vidéo) : « La police aurait sans doute préféré 24 heures de plus pour vraiment bien ficeler son affaire… »
http://novovision.fr/tarnac-retour-sur-le-fiasco-d-une


Pas par moi...

Sabotage SNCF : Terrorisme d'Etat ?

Bettencourt Mensonge sur contrôle fiscal

Gérald Dahan viré après cette chronique

MAM sait placer ses proches et utiliser les moyens de l'état à des fins personnelles

Alors ministre de la Jeunesse et des sports en 1994, MAM avait créé une fondation afin de fournir un statut aux bénévoles. Cette fondation passe un contrat avec une société, EAR, dirigée par Christian Beder, qui lui fournit une base de données sur les associations employant des bénévoles. Très bien. Mais au bout de quelques années, les relations se rompent, et la fondation de MAM refuse de payer les factures envoyées par EAR. Et voilà où commence l'affaire. Alors que les relations se tendent, EAR est victime, écrit Coignard, d'une "extraction informatique de grande ampleur, avec copie de plus de 600 000 fiches". Bigre ! Si vous ne savez pas ce qu'est une "extraction informatique", c'est une sorte de cyber-effraction. Hop, un ordi pénêtre dans votre ordi, pique 600 000 fiches, et en emporte une copie sans vous laisser de carte de visite. Oups ! Mais le meilleur est à venir. Qui sont ces cyber-Lupin qui ont piqué les fiches de la société en bisbille avec la fondation MAM ? Il s'agit (et c'est établi) de la Direction du Renseignement Militaire, à l'époque où la ministre de la Défense s'appelait...Michelle Alliot-Marie.
Cette direction a d'ailleurs reconnu les faits: le cyber-casse avait été conduit "dans le cadre d'une expérimentation". Des grandes manoeuvres, en quelque sorte. Et ce n'est pas tout. Je n'en ai pas fini avec cette demi-page du Point. En passant, Coignard égratigne la famille MAM. A qui MAM a-t-elle transmis les rènes de sa fondation ? A son père, Bernard Marie (président) et à son beau-frère, Jean-Pierre Olive (délégué général). Qui a-t-elle fait travailler ? Un certain Florimond Olive, neveu de MAM. Et comment s'appelle aujourd'hui la chef de cabinet de MAM à l'Intérieur, qui a répondu à Coignard ? Ludivine Olive, petite-fille du président, fille du délégué général, et nièce de la ministre.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=92

N°4 Nathalie Kosciusko-Morizet

ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

Après la question écrite de Jean-Jack QUEYRANNE, c’est Pascal TERRASSE, député de l’Ardèche, qui, mercredi 26 janvier 2011, a interpellé le gouvernement, se faisant ainsi le porte-parole d’un mouvement de société et des collectivités territoriales pour demander une annulation des permis de recherche de gaz de schiste dans le sud-est de la France. La réponse de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET n’a en rien rassuré : dire que ce ne sont que des permis d’exploration, et non des permis d’exploitation, est au mieux une manœuvre dilatoire.

Qui peut croire que les grands groupes gaziers et pétroliers vont explorer sans exploiter après ? GDF-SUEZ et TOTAL seraient-il devenus des annexes de nos facultés de géologie, mobilisant leurs moyens et leurs experts pour simplement contribuer au développement des connaissances ?

Quant à l’indignation de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET à propos des techniques d’extraction américaines, elle fait penser au sketch des « Inconnus » sur « le bon et le mauvais chasseur ». Il y aurait donc les bonnes et les mauvaises compagnies de forage. La mauvaise compagnie, « elle fore, elle exploite, elle pollue » ; c’est la mauvaise compagnie américaine. La bonne compagnie, « elle creuse, elle exploite… et elle pollue », mais c’est la bonne compagnie, française. Ça n’a rien à voir ! Et c’est sans doute pour cela que le permis de Villeneuve de Berg a été attribué à Schuepbach energy LLC, une société… américaine, basée à Dallas, Texas ! Pour être sûrs de ne pas utiliser les techniques américaines… A propos, il en existe d’autres ?

une ministre des transports qui ignore le prix d'un ticket de métro

La porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est trompée sur le prix du ticket de métro parisien, vendredi sur Europe 1.
NKM répondait à une question d'un auditeur lui demandant: "Vous, la porte-parole du candidat du peuple (qualificatif utilisé par Nicolas Sarkozy), pouvez-vous dire quel est le prix d'un ticket de métro?". Après avoir hésité, elle a répondu "4 euros et quelques". Alors qu'on lui faisait remarquer que c'était "1,70" euro (pour le métro parisien), elle a admis: "raté".
http://lci.tf1.fr/politique/elections-presidentielles/pour-nkm-le-ticket-de-metro-coute-4-euros-7017609.html


canard enchaîné du 29 février 2012

Mercier à la Justice n°5 : un classement sans suite qui tombe à pic

Michel Mercier, tout juste nommé ministre de la justice, se voit bénéficier, ce lundi, d'un "classement sans suite" de l'enquête préliminaire pour délit de favoritisme qui le visait depuis février 2009, révèle Lyon Capitale.

"Etonnant", souligne le journaliste en charge de ce dossier à Lyon Capitale, contacté par @si. "Ce matin, nous avons contacté le Parquet, qui nous a dit que l'affaire suivait son cours, et ce midi, il nous annonce un classement sans suite". L'interlocuteur du journaliste lui précisait pourtant ce matin que la nomination de Mercier au ministère de la Justice "ne changerait rien aux investigations en cours" .

Le classement sans suite aurait été décidé "la semaine dernière" sans que le parquet général ne soit capable de donner une date plus précise, précise le journal. De quoi s'agit-il ? La Justice avait ouvert une enquête préliminaire en février 2009 pour un éventuel délit de favoritisme dans le marché public du tram-train Rhônexpress, dont la concession d'une durée de 30 ans a été attribuée au groupe Vinci, explique Lyon Capitale. [

Mercier, en tant que président du Conseil général, aurait manoeuvré pour favoriser l'entreprise Vinci. Pour cela, il aurait changé au dernier moment le tracé du tram-train, alors que deux concurents s'affrontaient dans l'appel d'offres. Un tracé, sur lequel avait déjà travaillé Vinci, qui se voyait donc avantagé pour présenter son projet. Pourquoi favoriser Vinci ? L'entreprise aurait contribué de manière occulte au financement de la campagne de François Bayrou en 2007, dont Michel Mercier était le mandataire financier. http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9640

Michel Mercier à la Justice malgré l'affaire Rhônexpress : http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/Politique/France/Michel-Mercier-a-la-Justice-malgre-l-affaire-Rhonexpress

Maitre Eolas vient d'annoncer qu'un Prix busiris mention talent précoce vient d'être décerné au nouveau ministre de la justice Michel Mercier pour ses déclarations sur l'affaire Karachi lors de sa première invitation médiatique. Pour ceux qui ignorerait ce qu'est le prix busiris je rappelle qu'il récompense « une affirmation juridiquement aberrante, si possible contradictoire, teintée de mauvaise foi et mue par l'opportunité politique plus que par le respect du droit ».
http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/11/19/Prix-Busiris-pour-Michel-Mercier

Brice Hortefeux n°6 à l'intérieur

Il quitte ses fonctions le 27 février 2011, lors d'un remaniement gouvernemental provoqué par la démission de Michèle Alliot-Marie.
Il est remplacé place Beauvau par Claude Guéant, jusque-là Secrétaire général de la présidence de la République.

Libye : Espionnés grâce à la France, ils parlent (Canal+)
Les "traqués" parlent. Dans un documentaire diffusé ce soir sur Canal +, le journaliste Paul Moreira enquête sur la façon dont le régime de Kadhafi a pu espionner les internautes libyens, pour mieux organiser sa répression. Une chasse aux dissidents qui a été rendue possible grâce à Amesys, filiale de la société française Bull. Et avec l'accord du gouvernement français, affirme Moreira. Ils sont trois. Journaliste, écrivain, blogueur. Ils racontent comment ils ont été arrêtés, interrogés, torturés, par la police politique de Kadhafi, après que leur correspondance internet et leurs SMS ont été interceptés, grâce au logiciel espion Eagle, de fabrication française. "Le mot internet était devenu synonyme de danger pour Kadhafi", explique ainsi Habib Al Amin. Qui dénonce : "Vous l’avez aidé à accéder à notre vie privée. Vous avez facilité les arrestations et les exécutions. C’est une honte, c’est immoral, inhumain que ces entreprises fonctionnent toujours, qu’elles ne se soient pas excusées."
Le site Owni, dont les enquêtes sur le sujet ont largement alimenté le travail de Moreira, relaye des extraits du documentaire et indique qu'il "publiera demain un livre consacré à ce scandale, avec de nouvelles preuves de l’implication “personnelle” de Claude Guéant, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy dans ce projet de «surveillance massive» de l’Internet libyen", qui aurait été "pensé et conçu par les services de renseignement français comme un «test» susceptible d’être déployé ailleurs".
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=13399

sa condamnation pour injure raciale

Eric Woerth, sacrifié par Nicolas Sarkozy et François Fillon, a de quoi se poser des questions. Pour l'instant, la justice ne lui reproche rien : dans l'affaire Bettencourt, il n'a pas encore été mis en examen, ni même placé en garde à vue. Alors qu'un ministre condamné par la justice a gardé son poste. Ce ministre, c'est celui de l'Intérieur, Brice Hortefeux. On se souvient de sa blague sur les immigrés en septembre 2009, lorsqu'il avait croisé un militant UMP d'origine maghrébine : « Quand il y en a un ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. » Cette blague n'a pas fait rire le tribunal correctionnel de Paris. En juin, Brice Hortefeux a été condamné pour injure raciale ( http://www.liberation.fr/societe/0101639511-hortefeux-condamne-pour-injures-raciales ) Il a fait appel, et la date de la nouvelle audience n'est pas encore connue. Si la condamnation était confirmée, François Fillon osera-t-il encore soutenir son ministre blagueur ?
http://www.rue89.com/2010/11/15/casseroles-et-conflits-dinterets-cinq-ministres-a-surveiller-176017

Rue 89 a compilé les multiples dérapages raciste d'Hortefeux:
http://www.rue89.com/2009/09/10/hortefeux-donne-dans-lhumour-raciste-a-repetition-117438

 


Quand Brice Hortefeux dérape

Porte mitraille "l'Auvergnat d'Hortefeux"

Les flocons, Quand il y en a un ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes


Porte salue le sketch d'Hortefeux sur la neige !

Des policiers manifestent leur mécontentement. Le préfet soutient ses hommes. Le procureur fait appel. Le ministre de l’Intérieur trouve la sanction disproportionnée. Ils se sont concertés et mis d’accord pour faire passer un banal accident causé par l’un des leurs, en une tentative d’homicide volontaire commis par l’individu qu’ils pourchassaient. Et de concert, ils ont rédigé une procédure fallacieuse, au risque d’envoyer un innocent devant une cour d’assises.
Dans l’affaire qui nous intéresse, il semble que le tribunal de Bobigny ait motivé sa décision en tenant compte aussi bien de la gravité des faits de violences (la victime a reçu des coups après son interpellation) que du faux en écriture publique.
Il est bon de rappeler que le « faux en écriture publique », lorsqu’il est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique agissant dans l’exercice de ses fonctions, est punissable d’une peine qui peut aller jusqu’à quinze ans de réclusion criminelle et 225 000 € d’amende (art. 441-4 du CP).
http://moreas.blog.lemonde.fr/2010/12/11/bobigny-la-condamnation-des-policiers-est-elle-legitime/

Pour Roger-Gérard Schwartzenberg, président d'honneur du Parti radical de gauche (PRG) et juriste lui-même, Brice Hortefeux a, dans cette affaire, violé la loi, et serait passible de six mois d'emprisonnement… « Critiquer publiquement le jugement rendu par le tribunal enfreint le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs, qui interdit à l'exécutif de s'immiscer dans le fonctionnement de l'autorité judiciaire. »
http://www.rue89.com/2010/12/11/hortefeux-defend-les-policiers-de-bobigny-et-recolte-la-tempete-180314

Les condamnations, Quand il y en a une ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes

Brice Hortefeux a été condamné vendredi 17 décembre 2010 à 1 euro de dommages et intérêts pour atteinte à la présomption d'innocence de l'ex-conseiller de Michèle Alliot-Marie à la Chancellerie, David Sénat. David Sénat avait assigné le ministre de l'Intérieur en référé le 19 novembre. Il lui reprochait des propos tenus le 17 octobre lors de l'émission "Le Grand Jury" (RTL-LCI-Le Figaro). Interrogé sur les conditions dans lesquelles Sénat avait été identifié par les services du contre-espionnage comme source possible du Monde, le ministre avait répondu qu'"un haut fonctionnaire, magistrat, membre de cabinet ministériel, ayant donc accès à des documents précisément confidentiels, alimentait, selon ces sources, vérifiées, un journaliste sur des enquêtes". "Ca tombe sous le coup du non respect du secret professionnel", avait ajouté Hortefeux. http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9925

Maître Morice s'est attaqué de front à Hortefeux et à Morano (celle-là si elle prend un bon gadin cela lui fera un immense bien !) Libération : Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de karachi a saisi la justice pour "menace" à l'encontre de Brice Hortefeux et pour "diffamation" à l'encontre de Nadine Morano, a-t-on appris auprès de l'avocat. […] Citant des propos de l'ancien ministre de l'Intérieur, rapportés dans le Nouvel Observateur, Me Morice accuse M. Hortefeux de "menace et d'intimidation" à son égard./L'avocat demande un euro de dommage et intérêts et 20.000 euros au titre de frais de justice et la publication du jugement dans cinq quotidiens et cinq hebdomadaires. […] Me Morice a par ailleurs saisi la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'une plainte en diffamation à l'encontre de Nadine Morano. Lors d'un vif échange, le 22 septembre sur Canal +, alors que deux proches de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert venaient d'être mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, Me Morice avait accusé le chef de l'Etat d'être "au coeur de la corruption, c'est-à-dire au coeur du système qui a été mis en place pour verser des commissions et surtout pour permettre le retour illicite" de rétrocommissions. "Vous êtes en train de faire votre pub sur le dos du président de la République", avait répliqué Mme Morano en accusant l'avocat de "ne pas défendre dignement les familles" des victimes. Dans sa plainte dont l'AFP a eu copie, Me Morice estime qu'"il s'agit d'une accusation extrêmement grave à l'égard d'un avocat" et que la ministre a porté "une atteint majeure à l'honneur professionnel".
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/karachi-sarkozy-nommement-cite-par-103321

Hélène de Yougoslavie balance : Hortefeux soupçonné d'avoir eu accès au PV de l'audition
Hélène de Yougoslavie a confirmé au journal le Monde ses déclarations à la police, confirmant les livraisons d’argent liquide que son ex mari Thierry Gaubert aurait effectuées au profit de la campagne d’Edouard Balladur en 1995 : «Il me disait régulièrement je vais en Suisse chercher de l’argent.. Il passait systématiquement, à l’aller comme au retour, par Londres, afin me disait-il d’éviter des contrôles douaniers à la frontières franco-suisse. »
La princesse a également compris lors de son audition le 8 septembre qu’elle avait servi de prête nom : «J’ai découvert à cette occasion des documents signés de ma main, il s’est servi de moi pour ouvrir des comptes à l’étranger. » Le 14 septembre, soit quelques jours après sa confession devant la police, Hélène de Yougoslavie est contactée par son mari. Il lui a demandé de descendre de chez elle, et l’a faite monter dans sa voiture : «Il m’a incendié, il était furieux. ‘Qu’est-ce que tu as été raconter aux flics, il paraît que tu m’as balancé ? Tu es complètement folle, tu vas partir à l’asile…. J’ai compris qu’il avait eu des informations très précises sur ma déposition».
En fait Thierry Gaubert avait été prévenu par l’ancien ministre de l’intérieur, et actuel conseiller de l’ Elysée, Brice Hortefeux, qui lui a dit lors d’un coup de fil : «Elle balance beaucoup apparemment, Hélène». Mais cette conversation a été enregistrée, car le juge van Ruymbeke avait mis Thierry Gaubert sur écoute… Depuis Hortefeux dément avoir eu accès à l’audition de la princesse et dit qu’il s’était uniquement informé dans la presse…. Personne n’y croit, d’ailleurs le parquet de Paris a ouvert vendredi soir, une enquête préliminaire pour «violation du secret professionnel et recel de ce délit».
http://blogs.rtl.be/champselysees/2011/09/25/helene-de-yougoslavie-persiste-et-signe/

comment Hortefeux, qui n'est plus ministre, qui n'est plus rien, comment Hortefeux est-il en possession du PV d'audition de Hélène de Yougoslavie ?

 

le n°8 Xavier Bertrand

ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé

les exploits de Xavier Bertrand les soirs d'élections : élections : éléments de langage

Voir le petit montage ci-dessous : Morano, Pécresse, Woerth, Baroin, et Xavier Bertrand quand ils défendaient Eric Woerth


Xavier Bertrand accuse Médiapart d'utiliser des méthodes Fascistes

"Ce sont des méthodes d'un autre temps, avait-il déclaré. Et quand certains médias et notamment un site utilisent des méthodes fascistes à partir notamment je le dis d'écoutes qui sont totalement illégales, avec justement des rumeurs, un responsable de ce site dit «ah, écoutez, on n'a pas de preuve mais c'est plausible», non mais attendez, dans quel monde on est, dans quel monde on est !"
A la suite de la plainte déposée par Mediapart pour diffamation, une information judiciaire avait été ouverte en septembre 2010. Le 16 décembre 2011, la juge Claudine Enfoux a finalement décidé de renvoyer Xavier Bertrand, devenu depuis ministre du Travail et de la santé, devant le tribunal correctionnel. Edwy Plenel, directeur de Mediapart, s'est réjoui de cette décision (accès payant) en relevant qu'il "n'est pas sans saveur ironique que cette décision de renvoi devant un tribunal de [ce] diffamateur survienne alors que les récentes avancées des instructions judiciaires conduites à Bordeaux montrent la consistance des faits révélés par Mediapart".
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12773

Xavier Bertrand, ou l'art de proposer ce qui existe déjà.
Nous évoquions hier l'annonce du ministre du Travail de créer un fichier unique des allocataires sociaux, afin de "lutter contre la fraude sociale" (alors que la majorité des fraudes sociales résultent des fraudes aux prélèvements fiscaux et non de fraudes aux prestations sociales). Or, selon le site actuchomage.org, ce type de fichier existe déjà (ou presque). En janvier 2008, un fichier national unique des Caisses d'allocations familiales a été mis en place par... Eric Woerth. "Le but de ce fichier, qui regroupe les données départementales des 123 CAF de France, est notamment de lutter contre la fraude aux prestations sociales en croisant les données", expliquait alors le Nouvel obs.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=11836

Luc Chatel n°9

ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative

Super menteur sur la nouvelle formation des profs qui sont désormais parachutés sans formation à temps plein quand auparavant ils bénéficiaient d'un tiers temps d'enseignement, d'un vrai tuteur dans leur établissement et d'une formation dans les IUFM: article du canard 20 octobre 2010

les nouveaux profs sont en effet très bien formés, le ministère ne ménage pas ses efforts !!!
Il fait des superbes DVD et paye même des militaires pour les former : le collectif "Stagiaire impossible".

beaucoup plus de casseroles de Luc Chatel le DRH de l'Oréal sur la page spéciale des ministres de l'éducation nationale

Valérie Pécresse n°11

ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche elle sera nommée ministre du budget le 29 juin 2011 lorsque Lagarde ira remplacer Strauss Khan au FMI

Fille du directeur de Bolloré Télécom, elle fit ses études secondaires à « l’Institution Sainte-Marie de Neuilly-sur-Seine », lieu fort bien fréquenté où elle ne risquait guère de rencontrer de prolos ni d’étrangers. C’est ainsi que curieusement, elle ne se maria pas avec un chômeur de longue durée, mais avec l’un des directeurs d’une grosse société. La rémunération de cet heureux homme a dépassé en 2009 le million d’euros, qui est venu s’ajouter au salaire non négligeable d’un ministre de la République. Il est probable que la famille Pécresse soit une des grandes gagnantes de la réforme de l’ISF, qu’elle a elle-même mise en œuvre, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

nommée ministre du budget le 29 juin 2011. Sur Europe 1 : elle commentait l’actualité du jour en octobre 2011, à savoir la terrible menace de la perte à terme du fameux AAA suite à la « mise sous surveillance négative » de la dette française par Moody’s. Extraordinaire ! Des ministres sarkozystes, ceux-là même qui ont pillé les comptes publics pour les reverser à leurs semblables les nantis, creusant ainsi un déficit abyssal et inédit tout en saccageant les Services Publics des pauvres, se permettent de donner des leçons de gestion budgétaire. Quand Moody’s menace de dégrader la dette française, elle ne s’insurge pas. Oh, non, surtout pas, l’insurrection, c’est trop vulgaire, c’est pas ce qu’on lui a appris dans ses institutions de curetons réservées aux rupins. Ce n’est pas sur elle que l’électeur devra compter pour se lever, s’opposer et les protéger. Non, le joug ultralibéral, elle l’admet d’emblée, puisqu’il ne l’atteint pas, et qu’il préserve au contraire ses intérêts et ceux de sa clique. Par contre, elle ose cette explications proprement hallucinante : si Moody’s veut nous dégrader, c’est la faute à Hollande et à la politique « laxiste » qu’il prône !!!
http://www.marianne2.fr/Pecresse-si-la-France-perd-son-triple-A-c-est-la-faute-a-Hollande-_a211676.html


Pécresse ment sur les franchises médicales

Toujours bonne élève lorsqu'il s'agit de répéter docilement les éléments de langage

à son actif la LRU qui a jeté des milliers d'étudiants dans les rues et paralysé les facs, puis la réforme du statut des enseignants chercheurs qui a jeté des milliers d'étudiants et d'enseignants chercheurs dans les rues et paralysé les facs

il faut se rappeler cette journée là qui fut difficile pour elle.

Elle est en outre citée dans l'affaire bettencourt :

"Valérie Pécresse, c'est la ministre de la Recherche, et elle fait la campagne pour être présidente de Paris. Elle va perdre. Mais il faut que la souteniez. Et c'est des sommes très mineures, c'est des petites sommes" (extrait révélé par Mediapart d'une conversation de Patrice de Maistre avec Liliane Bettencourt, le 4 mars 2010).

QUESTION : Pour l'année 2009, le Grand Livre des Comptes fait mention du versement de la somme de 5 000 euros à Valérie PECRESSE à titre de soutien.. Vous souvenez vous de ce versement ?
REPONSE : Cela ne me dit rien. Il faudrait poser la question à Monsieur de MAISTRE. C'est lui qui s'en occupe.
QUESTION : Pour l'année 2010, il est précisé dans la copie de travail du SCELLE SAINT JAMES n° VINGT NEUF, les mentions suivantes - "Valérie PECRESSE 7 500 EUROS" - "AFCVP : 4 600 euros" - "AFASEW : 7 500 euros" - "ANUMPP : 7 500 euros" - "ASSO E. WOERTH : 4 000 euros". Vous souvenez vous de ces mouvements ?
REPONSE : Non. Je me souviens que du seul nom de M. WOERTH.
déclarations de Liliane Bettencourt à la police

ceci explique pourquoi elle ne fut pas la dernière à flinguer le net aux débuts de l'affaire

En été 2011 : elle déclare : " La France conservera son triple A " : http://videos.tf1.fr/infos/2011/pecresse-la-france-tiendra-ses-engagements-budgetaires-et-sa-6627777.html
belle prophétie : 6 mois plus tard, la France perd son triple A

Bachelot reste au gouvernement au n°14

Malgré le pandemiegate

Le Syndicat de la Médecine Générale se fait l’écho de ses adhérents pour dénoncer ce qui pourrait s’avérer être un des plus grands scandales sanitaires de ce début de 21e siècle : le « Pandemigate »
Le médecin et épidémiologiste Wolfgang Wodarg, ex membre du parti social-démocrate allemand et actuel eurodéputé et président de la commission pour la Santé du Conseil de l’Europe est d’avis que le déclenchement de l’alerte à la pandémie constitue « l’un des plus grands scandales médicaux du siècle ». Il a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la grippe A par l’OMS et les Etats.
voir ici pour plus de détails :

Quels ont été les liens de Roselyne Bachelot avec l'industrie pharmaceutique ? Sur son site internet, le journal Fakir, basé à Amiens, signale que la biographie officielle de la ministre de la Santé, présente sur le site du ministère, omet de signaler les douze années qu'elle a passé à travailler pour des laboratoires pharmaceutiques. Le journal avait repéré que la notice Wikipedia, mais aussi une ancienne biographie de Bachelot, issue d'un document du parlement européen, mentionnaient qu'elle avait été "déléguée à l'information médicale" pour les laboratoires ICI Pharma, de 1969 à 1976, puis chargée des relations publiques chez Soguipharm, de 1984 à 1989. Deux mentions, également disponibles sur le site du Trombinoscope, "l'annuaire professionnel du monde politique", édité par une société privée, mais qui n'apparaissent pas sur le site du ministère. La biographie de la ministre ne comporte en effet pas de rubrique "Carrière", contrairement à celle, par exemple, de Christine Lagarde ou de Brice Hortefeux.http://www.fakirpresse.info/articles/319/le-vrai-cv-de-roselyne-bachelot.html

A noter, selon nos constatations, que seuls deux autres membres du gouvernement ne font pas figurer de rubrique "Carrière" sur leur biographie officielle : Luc Chatel, passé par la DRH de L'Oréal avant de devenir secrétaire d'Etat à la Consommation, puis ministre de l'Education nationale, et Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur, qui fut, selon politique.net, "chef du service politique du quotidien gaulliste La Nation entre 1968 et 1976". http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6277


Bachelot : besoin de lunettes ? Bonus Arrêt sur images

nomination de Pierre Bachelot comme chargé de mission au poste de “responsable de plaidoyer de la santé dans toutes les politiques publiques” à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), Un établissement sous la tutelle du ministère de la santé et donc de sa mère Roselyne Bachelot auprès de laquelle il était déjà employé comme membre de son cabinet. Touchée par le syndrome “Jean Sarkozy” la ministre, avec le plus grand naturel, a défendu cette nomination au micro de RTL : “Quand on est fils de ministre, on n’a droit à aucun passe-droit mais on peut poursuivre sa carrière professionnelle quand on en a les compétences et les mérites”. Les yeux d’une mère pour son fils, employé successivement comme attaché parlementaire puis membre de son cabinet ministériel, lui font oublier la réalité froide des diplômes. En l’espèce, Pierre Bachelot est diplômé de l’Institut supérieur des Arts de Paris, c’est-à-dire sans aucun rapport avec le poste sur lequel il est nommé.
http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/polemique-autour-de-la-nomination-76264

Nadine Morano n°22

ministre auprès du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé,
chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle

le lendemain de l'élection de François Hollande, Morano s'illustre...aux côté du numéro 2 du Front national

Première mini-polémique post-élection de François Hollande, celle des drapeaux déployés lors du rassemblement à la Bastille. Trop de drapeaux étrangers, et trop peu de drapeaux français, estiment ce lundi matin Nadine Morano, sur Europe 1, et Louis Aliot, numéro 2 du FN, sur France Info.
Sur Europe 1, Morano affirme avoir ressenti "un drôle de sentiment" après avoir vu "très peu de drapeaux bleu-blanc-rouge", "beaucoup drapeaux rouges et de drapeaux étrangers". "Ca ne me rassure pas beaucoup", déclare-t-elle. "Je me dis, voilà quelle est la France qu'on va nous construire avec le droit de vote des étrangers. Cette démonstration n'était pas réjouissante pour la France que nous avons à construire".
http://www.dailymotion.com/video/xqn9sj_morano-pas-un-blanc-seing-a-la-gauche_news

17 novembre 2011 à Béthunes : La gauche, "c'est la perte du triple A, et le triple A, c'est grand",
http://ump.blog.lemonde.fr/2011/11/19/le-one-woman-show-de-nadine-morano/
moins de 2 mois plus tard, la gauche n'est pas encore au pouvoir mais la France perd son triple A

Maître Morice s'est attaqué de front à Hortefeux et à Morano (celle-là si elle prend un bon gadin cela lui fera un immense bien !) Libération : Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de karachi a saisi la justice pour "menace" à l'encontre de Brice Hortefeux et pour "diffamation" à l'encontre de Nadine Morano, a-t-on appris auprès de l'avocat. […] Citant des propos de l'ancien ministre de l'Intérieur, rapportés dans le Nouvel Observateur, Me Morice accuse M. Hortefeux de "menace et d'intimidation" à son égard./L'avocat demande un euro de dommage et intérêts et 20.000 euros au titre de frais de justice et la publication du jugement dans cinq quotidiens et cinq hebdomadaires. […] Me Morice a par ailleurs saisi la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'une plainte en diffamation à l'encontre de Nadine Morano. Lors d'un vif échange, le 22 septembre sur Canal +, alors que deux proches de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert venaient d'être mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, Me Morice avait accusé le chef de l'Etat d'être "au coeur de la corruption, c'est-à-dire au coeur du système qui a été mis en place pour verser des commissions et surtout pour permettre le retour illicite" de rétrocommissions. "Vous êtes en train de faire votre pub sur le dos du président de la République", avait répliqué Mme Morano en accusant l'avocat de "ne pas défendre dignement les familles" des victimes. Dans sa plainte dont l'AFP a eu copie, Me Morice estime qu'"il s'agit d'une accusation extrêmement grave à l'égard d'un avocat" et que la ministre a porté "une atteint majeure à l'honneur professionnel".
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/karachi-sarkozy-nommement-cite-par-103321

Le mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a décidé de porter plainte pour "diffamation raciste" contre la secrétaire d'État à la famille Nadine Morano,
pour ses propos tenus à Charmes (Vosges) lors d'un débat sur l'identité nationale le 14 décembre dernier. Morano avait déclaré à propos du "jeune musulman" : "Ce que je veux, c’est qu’il se sente français lorsqu’il est français, qu’il aime la France quand il vit dans ce pays, qu’il trouve un travail, qu’il ne parle pas le verlan et qu'il ne mette pas sa casquette à l’envers". Morano avait alors affirmé que "cette phrase est complètement sortie de son contexte par rapport à quatre heures de débats".
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6665


N. Morano à propos du jeune musulman : «Pas de verlan...»

Médiapart: "site de ragots, site de déclarations anonymes"


Nadine Morano parle à un commerçant sénégalais

janvier 2011 : une photo lui déplait : le photographe ne peut plus travailler
Samedi, L'Est Républicain publie dans ses pages régionales un article a priori banal : les vœux de la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle, Nadine Morano, dans son fief électoral de Toul (Meurthe-et-Moselle), où elle est conseillère municipale d'opposition. Mais cette parution très anodine n'a pas plu à Nadine, qui n'aime pas la tête qu'elle fait sur la photo. Selon Le Républicain Lorrain, qui a révélé l'incident, elle ne supporte pas « la présence discrète d'un double menton », d'après ce que « chuchotent des mauvaises langues en coulisses »… Fumasse, la ministre décide de se venger en empêchant l'auteur du cliché de travailler. Selon l'AFP, Nadine Morano lui a ensuite interdit de la prendre en photo.
Voici ce qu'elle lui a déclaré le jour de la parution du journal : « J'exerce mon droit à l'image. Plus jamais vous ne me prendrez en photo, c'est fini ! » Un officier de sécurité est alors chargé d'éloigner le photographe.
Le lendemain: L'interdiction s'est poursuivie lors d'une autre manifestation à Toul, où un officier de sécurité s'est dirigé vers le même photographe pour lui interdire de prendre en photo la ministre. »
http://www.rue89.com/2011/01/24/la-photo-qui-a-mis-en-rogne-morano-la-coquette-187179

9 avril 2011 : Plaisanteries qui se soldent par un licenciement pour faute grave
Le 9 avril, Nadine Morano, ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle, fait des emplettes au Printemps de Nancy (Meurthe-et-Moselle), en compagnie de sa fille et… d'un garde du corps. La présence du cerbère suscite quelques plaisanteries des employées. Plaisanteries qui se soldent par un licenciement pour faute grave, pour l'une d'entre elles.
http://www.rue89.com/2011/05/30/elle-plaisante-sur-morano-et-est-licenciee-pour-faute-grave-206765

Mai 2011 : Une visite privée au Louvre, pour sa fille
La ministre s'était illustrée au début du mois de mai en exigeant, dans l'heure, une visite privée et accompagnée du Louvre pour sa fille et une amie. Une demande pour une visite VIP à 500 euros qui s'était retrouvée dans Le Canard enchaîné (édition du 18 mai), conformément à la prédiction de l'administrateur général du Musée.
http://www.rue89.com/2011/05/30/elle-plaisante-sur-morano-et-est-licenciee-pour-faute-grave-206765

Convoquée par la police pour avoir écrit "Hou la menteuse" sous une vidéo Dailymotion de Nadine Morano...
Une blague ? Dominique Broueilh l'a d'abord cru. Dominique Broueilh, "cette mère de famille de 49 ans domiciliée à Saint-Paul-lès-Dax" (Landes) qui s'exprime aujourd'hui dans Sud Ouest.
Elle sera entendue à Dax le 11 juin par un officier de la brigade de répression de la délinquance, basée à Paris. C'est la conséquence de la plainte contre X déposée le 13 février pour "injure publique" par Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille. Elle se disait "lasse" des commentaires injurieux qui pullulaient à son encontre sur Dailymotion. Selon Sud Ouest, "une quinzaine d'internautes" sont visés par la même procédure, mais, pas de chance pour Morano, c'est le cas dérisoire de Dominique Broueilh qui est médiatisé. Elle a laissé son commentaire sous une vidéo de la députée UMP sur le plateau d'i-Télé "où l'élue s'expliquait, entre autres, sur son apparition en «catimini» à un meeting de Ségolène Royal".
Devant la polémique qui monte, Nadine Morano tente d'éteindre l'incendie. "Ma plainte contre X vise seulement les auteurs qui tiennent des propos gravement injurieux et qui ne sont pas admissibles dans un système démocratique", a-t-elle expliqué à l'AFP, se disant "choquée" par cette convocation policière. "Je ne vais pas poursuivre une personne qui aurait écrit «Hou la menteuse». On est dans le champ de l'expression démocratique. Elle a le droit de ne pas être d'accord avec moi. Ca ne me dérange pas." La secrétaire d'Etat a expliqué avoir pris contact avec son avocat "pour veiller à ce que la procédure respecte l'esprit de sa plainte" quitte à la "réorienter" pour "qu'il n'y ait aucune dérive disproportionnée possible".
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2020

Morano épinglée par Yann Barthès : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9623

Un proche glisse à l'oreille de la ministre qu'un monsieur qui fait ses courses "a constaté apparemment une baisse des prix". L'intéressé modère l'enthousiasme de son interlocutrice -"Au moins une stagnation"- puis confirme "J'ai trouvé que c'était moins cher que l'année dernière". Mais les journalistes de la région ont reconnu Bruno Sangline, adjoint au maire de Bouc-Bel-Air "proche du député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Mallié" qui n'était peut-être pas là par hasard. http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=1499

"Liberté, égalité, sexualité" était sa devise quand elle était au collège de bonne-sœur. Engagée très tôt en politique (dès le CM1), elle parvient à concilier sa vie de famille et sa carrière, "mais ce n'est pas facile". Elle n'aime pas la burqa mais adore la pizza, et la fessée est un sujet "qui lui tient à cœur". Vous voyez de qui on parle ? De "Nadine" bien sûr ! http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7940

Ce n'est pas son premier plan com' ridicule : "Nadine Morano joue à un jeu vidéo violent... mais ne sait pas tenir la manette" http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2377


Le gouvernement danse la tecktonik

Nadine morano se lache sur le dance floor : http://www.kewego.fr/video/iLyROoafYd1k.html

mais elle sait aussi se lacher sur un podium : http://www.dailymotion.com/video/xencud_nadine-morano-apres-le-dance-floor_news

Nora Berra secrétaire d'Etat auprès du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, chargée de la Santé et les labos pharmaceutiques

Roselyne Bachelot, ancienne pharmacienne, connaissait bien les médicaments. Sa successeure à la Santé, Nora Berra, aussi : médecin de formation, Nora Berra a successivement travaillé pour trois groupes pharmaceutiques, ce qui peut être embarrassant à l'heure où l'on parle de conflits d'intérêts. Selon sa biographie dans le Who's Who la nouvelle ministre de la Santé a exercé chez :
* Boehringer Ingelheim, de 1999 à 2001,
* Bristol Myers Squibb, de 2001 à 2006,
* Sanofi Pasteur, de 2006 à 2009
-elle entre ensuite au gouvernement, comme secrétaire d'Etat aux Aînés.
http://www.rue89.com/2010/11/15/casseroles-et-conflits-dinterets-cinq-ministres-a-surveiller-176017

Dans son édition de mercredi 15 juillet 2009, Le Canard Enchaîné pointe du doigt les arrêts de travail de la nouvelle secrétaire d'Etat chargée des Aînés, Nora Berra. Pendant six mois, elle a été arrêtée mais a continué à exercer ses mandats politiques. La Sécu avait fini par lui adresser une lettre d'avertissement. Ce que dément l'entourage de la Lyonnaise
http://www.rue89.com/2009/07/15/secu-nora-berra-se-retranche-derriere-le-secret-medical

Frédéric Lefebvre : Lobbyiste et fieffé menteur

secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation.


Lefèbvre: flagrant délits de mensonges

Dodo et Frédo - Petit Journal - C+ - 12 janvier 2010

Frédéric Lefebvre a enfin obtenu une place au gouvernement. Sa cure de silence lui a permis de décrocher un portefeuille à rallonge, celui de secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation (ouf ! ). Des domaines sur lesquels il a pu travailler lorsqu'il était encore un discret mais influent lobbyiste, co-fondateur du cabinet Pic Conseil. Frédéric Lefebvre explique qu'il n'y travaille plus depuis dix ans. Ce qui ne l'empêche pas, comme l'avait noté LePost, d'en être encore actionnaire et de continuer à toucher des dividendes. Sous son nouveau nom, Domaines Publics, le cabinet annonce parmi ses « domaines d'intervention » l'artisanat, le tourisme ou l'hôtellerie. Ce seront aussi les « domaines d'intervention » de Frédéric Lefebvre à Bercy : le nouveau secrétaire d'Etat devra donc rester insensible aux suggestions de ses anciens collègues lobbyistes.
http://www.rue89.com/2010/11/15/casseroles-et-conflits-dinterets-cinq-ministres-a-surveiller-176017

De 1995 à 2002, il (frédéric Lefebvre) est assistant parlementaire de Nicolas Sarkozy à mi-temps. À cette époque, en 1996, il crée avec notamment Steven Zunz et Stéphan Denoyés, anciens assistants parlementaires de Christian Estrosi, Perroquet institutionnel communication (Pic conseil), cabinet parisien de communication institutionnelle et de lobbying, ayant pour clients entre autres les industries du tabac, de l'alcool et les casinos. Même s'il dit ne plus être actif dans sa société depuis 2000, il a touché 199 325 € à titre d'actionnaire en 2008, d'après un document interne à Pic Conseil. notice wikipedia de Lefebvre Le porte parole de l'UMP est bien un lobbyiste pour les casinos

Best of Frédéric Lefebvre : http://www.rue89.com/2009/07/25/le-meilleur-du-pire-de-frederic-lefebvre

Les "pertes de mémoire" de Lefebvre (Petit journal) http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=3675

non seulement l'inénarrable Lefebvre laisse croire qu'il siège toujours à l'assemblée alors que ce n'est plus le cas depuis plus d'un an, mais en plus qu'il aurait reçu mandat des électeurs en 2007 alors qu'il n'a jamais été que suppléant de Santini. Lire ici : http://auxmarchesdupalaisbourbon.blogs.liberation.fr/2008/2010/09/un-cyber-d%C3%A9put%C3%A9-mythomane-.html

les exploits de Frédéric Lefebvre les soirs d'élections : élections : éléments de langage

Jeannette Bougrab et les assureurs

secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, chargée de la Jeunesse et de la Vie associative.

Jeannette Bougrab ne sera pas restée longtemps à la tête de la Halde, mais elle aura eu le temps d'y susciter quelques polémiques. Ou de devenir, selon elle, la cible de journalistes malveillants. La nouvelle secrétaire d'Etat chargée de la jeunesse poursuit ainsi Le Canard enchaîné pour diffamation. Le 30 juin, l'hebdomadaire affirmait qu'elle avait fait doubler sa rémunération à la Halde, la faisant passer de 6 900 à 14 000 euros. Jeannette Bougrab et le gouvernement avaient vigoureusement démenti.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=8421

Jeannette Bougrab est aussi membre du Cora, un « conseil d'orientation et de réflexion de l'assurance » créé par le lobby des assureurs. Ce lundi, sa biographie sur le site du Cora avait d'ailleurs été mise à jour, pour annoncer son entrée au gouvernement. Ce « conseil » planche, notamment, sur la dépendance, un dossier jugé prioritaire par Nicolas Sarkozy. La semaine dernière, notre confrère Bakchich avait interrogé Jeannette Bougrab sur cette activité. Une question « dégueulasse », avait-elle estimé.
http://www.rue89.com/2010/11/15/casseroles-et-conflits-dinterets-cinq-ministres-a-surveiller-176017


Jeannette Bougrab en conflit d'intérêts ?

 

 


tous réunis dans un clip hilarant

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

 

web compteur