anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

Cette page est une compilation
d'un site de quelqu'un dont j'ai oublié  l'URL.
de Teotihuacan de René Million
la partie aztèques et incas est frappée d'un copyright © Americas-fr - La revue des Amériques 

  web compteur

Civilisations précolombiennes
les sites Mayas   aire méso américaine   Aire Andine

caraïbes et Antilles : à partir de 1492 : precolombienne.htm

Mexique et Amérique centrale après les mayas et les Aztèques: ameriquecentrale.htm

Amérique du Sud après les incas : ameriquelatine.htm

amérique du Nord à partir de 1580 : amerique.htm

On appelle civilisations précolombiennes les civilisations établies sur le continent américain avant l'arrivée de Christophe Colomb. Elles présentent la particularité de s'être développées pendant des milliers d'années de manière autonome, sans subir l'influence des civilisations classiques du « vieux monde ».

Géographie Maya :

Le territoire Maya comprend les états actuels du Guatemala, du Belize, la Péninsule Mexicaine, une partie du Salvador et du Honduras. Il couvre une superficie de 400 000 km2 et se subdivise en trois grandes régions :

_Les Hautes Terres Mayas, au relief montagneux et au climat tempéré.

_Les Basses Terres du Sud, ou Aire Centrale, recouvertes d'une forêt tropicale dense et humide.

_Les Basses Terres du Nord, au climat sec, et presque dépourvues de cours d'eau superficiels, recouvert d'une végétation éparse.

Il est important de noter que chaque phase de l'évolution maya correspond à une aire géographique:

_la période préclassique (-2600 à 300), se déroule dans les hautes terres.

_la période classique (300 à 900) dans l'aire centrale.

_la période postclassique (900 à 1 521), dans les basses terres du nord.

 

Histoire de l'Aire Méso Américaine

-50000 sapiens sapiens se répand en Amérique par le détroit de Béring gelé

-15000 Pénétration en Amérique

-12000 ou -10000 les hommes (origine asiatique) franchissent le détroit de Bering pour la 2° fois

-10500 colonisation de l'Amérique du Sud

-9000 néolithique Mexique Pérou

-7000 Premiers chasseurs cueilleurs dans l'aire méso américaine

-7000 à -1200 peuples sédentaires dans l'aire méso américaine

-3113 plus anciennes traces de civilisation Maya.

-2600 début généralement admis de la Période préclassique :

-2000 Honduras britannique (Cuello) premiers villages d'agruculteurs Olmèques source de la civilisation maya.

Les Olmèques,

apparus en 2000 a.v. J.C. dans le golfe du Mexique, vont marquer de façon conséquente les habitants des Hautes Terres, grâce à leurs influences.

Le Mexique des Olmèques de - 1500 à -200


Les Olmèques cultivent du mais et des légumes sur la côte du Mexique. Ils ont bâti de grandes villes autour de leurs sanctuaires ( San Lorenzo, La Venta, Tres Zapotes ).
Social : Groupes sociaux hiérarchisés. On retrouve au sommet des prêtres et des nobles qui dirigent les grands travaux et qui perçoivent des impôts sous forme de produits agricoles ou de journées de travail. Encore ici ce sont les paysans qui sont à la base de la société. Les marchands exportaient de l’argile, du sel, du caoutchouc et des pierres précieuses.
Religion : Ils sont polythéistes et ils ont construit de grands palais rectangulaires, des temples au sommet de pyramides à gradins. Leurs dieux étaient à forme mi-humaine et mi-animale.
Ils ont inventé une écriture pictographique.
Aucun des centres olmèques découverts à ce jour n'est une cité.

Les crânes de cristal : l'un des plus gros fake de l'histoire de l'archéologie a été démasqué en 2008


La légende du Crâne de Cristal 1/3

La légende du Crâne de Cristal 2/3

La légende du Crâne de Cristal 3/3

le crâne exposé au musée Branly à Paris longtemps réputé comme étant d'origine Aztèque est l'un des 2 crânes de l’antiquaire Eugène Boban. Le crâne conservé au British Museum n'est pas translucide mais opaque c'est le deuxième crâne de l’antiquaire Eugène Boban, lui aussi présenté comme étant d'origine Aztèque. Tous deux ont été fabriqués probablement en Allemagne entre 1867 et 1886 à partir de cristal brésilien

Le crâne de Washington a été reçu par la poste en 1992. Il est creux avec des orbites vides. La présence de carbure de silicium prouve qu'il a été fabriqué dans les années 50.

le "crâne du destin funeste" est celui de l'explorateur britannique Frederick Albert Mitchell-Hedges (1882-1959), découvert selon ses dires en 1924 (1927 selon sa fille) par sa fille adoptive, Anna Mitchell-Hedges, dans les ruines d'un temple de la cité maya de Lubaantun au Belize. Il a été établi que ce crâne n'a pas été découvert au Belize mais acheté aux enchères, près de 20 ans après sa découverte présumée. Les études réalisées en 2008 ont démontré que lui aussi avait été fabriqué au début du 20° siècle.

 

Apogée Olmèque entre -1200 et -600

-1000 début de l'architecture cérémonielle maya. Il est très difficile de faire la différence entre la culture pré-maya et la civilisation olmèque, chaque culture s'étant influencée mutuellement.

La région du Picchu, située à mi-chemin entre les Andes et la forêt amazonienne fut une région colonisée par des population issues des montagnes, des régions de Vilcabamba et de la vallée sacrée (Cusco). Ces groupes étaient certainement à la recherche de nouvelles terres cultivables. Les archéologues indiquent que l'agriculture se pratiquait déjà dans la région au VIIIe siècle avant Jésus-Christ.

C'est l'Antiquité dans l'ancien monde

- 600 les prémices de la civilisation Maya se forment à Izapa et Kaminaljuyu.

Les origines du peuple maya (comme celles de bon nombre de peuples méso-américains) sont contestées. Deux principales théories sont avancées :

- la plus courante veut que les Mayas soient originaires d'Asie et qu'ils aient franchi le détroit de Béring durant la période glaciaire à la recherche d'animaux à chasser.

- une autre mouvance considère les Mayas originaires d'îles du Pacifique Cette question n'est pas tranchée et si les liens de parenté avec les cultures natives d'Amérique du Nord ne sont pas flagrants, les vestiges de la civilisation maya font apparaître des similitudes troublantes avec certains aspects de l'Égypte ancienne ou de la Chine, mais similitude n'est pas causalité.

En tout état de cause, les faits se réfèrent aux Mayas du Yucatán, de l'ère classique, et non aux vieux mayas localisés dans le sud (Chiapas, Guatemala et Honduras), dont la civilisation s'est éteinte quelques siècles avant l'apogée des cités de la péninsule telles que Chichen Itza, Uxmal et Savil. Nous savons que dans les temps très reculés, les mayas vivaient sur le littoral atlantique du Mexique, d'où ils descendirent vers l'Amérique Centrale en remontant l'Usumacinta pour arriver au Petén. Un vieux groupe maya, les Huastèques, resta cependant dans le nord, dans la région allant de Veracruz à Tamaulipas. C'est peut être l'expansion des Nahuas qui coupa en deux le peuple maya en rejetant un groupe au nord et l'autre au sud. Les groupes rejetés vers le sud sont ceux qui développèrent la grande civilisation maya.

Les Mayas dataient tous leurs bâtiments. Or on leur a découvert cette particularité : dans une ville importante, les bâtiments sont datés à intervalles réguliers, puis les activités de construction semblent s'arrêter totalement; c'est précisément le moment où elles reprennent dans une autre grande ville située quelques centaines de kilomètres plus loin. L'importance et le type de bâtiments trouvés dans ces villes conduisant à y voir des capitales successives, les archéologues se sont demandés le pourquoi de cet exode.

- 300 on assiste à la multiplication des sites et à une activité architecturale intense, signe d'un fort accroissement de la population, particulièrement dans les cités de Komchén, Cerros et Tikal. Chaque site se développe de façon autonome; néanmoins, signe d'une indéniable unité culturelle, on utilise partout la même céramique rouge. C'est aussi la date supposée de la construction de Teotihuacan

premier siècle av JC Teotihuacan

TEOTI.gif (11023 octets) Depuis très longtemps la vallée de Mexico a vu naître et se développer de nombreuses civilisations. L'une d'entre elles s'établit au nord de l'actuelle capitale. Dès le premier siècle avant note ère une immense cité fut bâtie: Teotihuacan, « le lieu où les dieux sont nés ». Cette civilisation vécut jusqu'au huitième siècle. On y vénérait le Soleil, la Lune et de nombreux autres dieux dont Quetzalcoatl, le Serpent à plumes. Teotihuacan influença par son art et son mysticisme toute l'aire de peuplement méso-américain. Puis elle s'effondra mystérieusement, ne laissant aux futures civilisations que les ruines de sa cité fabuleuse à contempler. TEOTI2.gif (22595 octets)

 

"Une colonie de taille moyenne existait à Teotihuacan au début du Ier siècle av. J.-C. A la même époque, plusieurs centres religieux s'épanouissaient dans la région. L'un d'eux était Cuicuilco, au sud-ouest de Teotihuacan, dans la vallée de Mexico. 

Cholula, à l'est, dans la vallée de Puebla, en était un autre. Les influences les plus importantes qui marquent Teotihuacan provenaient probablement de centres comme ceux-ci. A l'époque du Christ, Teotihuacan entamait une rapide croissance et, entre 100 et 200 apr. J.-C., son plus grand monument religieux fut érigé sur le site d'un sanctuaire plus ancien. Connu aujourd'hui sous le nom de Pyramide du Soleil, il était aussi large, à sa base, que la pyramide de Khéops en Egypte.

La cité recouvrait 30 km² et abritait une population de plus de 150 000, voire 200 000 habitants

TEOTIHU6.jpg (298522 octets)

+ 50 +250 période traditionnellement dénommée « protoclassique », des tensions apparaissent; crise de croissance ou invasion, nul ne le sait. Certains sites mayas disparaissent, tels que Cerros ou Komchén, tandis que d'autres s'imposent comme Tikal.

+ 200 Ere Bipolaire: Mayas + Teotihuacan

+ 300 début de la Période classique qui verra l'apogée de la civilisation Maya

+ 292 Tikal domine le monde maya .

Une stèle datée revendique la prédominance de cette cité sur l'ensemble du monde maya. L'ère classique est dominée par deux grandes métropoles : Tikal et Calakmul. Tikal joue un role prédominant dans la première partie de l’ère classique qui marque l’apogée de la culture maya.. Son rôle semble être renforcé par les liens qui l'unissent à la grande métropole du Mexique central, Teotihuacán. Ces échanges se manifestent dans l’architecture, la céramique et la sculpture. La civilisation Maya a évolué par la suite sous l'inffluence des Olmèques et de Teotihuacan, dans l'aire centrale au cours de la période classique entre 300 et 900 de notre ère. C'est durant cette période que les mayas connurent leur âge d'or. Ils développèrent l'architecture, l'écriture, les sciences les mathématiques, et élaborèrent un calendrier de 365 jours grâce a leurs observations astronomiques.

On sait aujourd'hui que la population de Tikal au Guatemala, le plus grand centre maya des basses terres, était fortement soumise à l'influence de Teotihuacan. Les gens de Tikal adoptèrent certaines traditions artistiques de Teotihuacan et érigèrent même un énorme monument de pierre au dieu de la pluie des Teotihuacanos." Teotihuacan de René Million

Des glyphes mayas font référence à un individu surnommé par les historiens la « Chouette lanceuse de lance » et qui serait un empereur de Teotihuacán ayant régné près de 60 ans et qui aurait imposé ses parents comme rois de Tikal et Uaxactun à l'emplacement actuel du Guatemala. La plupart de ce que l'on peut savoir de la civilisation de Teotihuacán vient des peintures murales qui ornent le site

 

TEOTIHU3.jpg (351534 octets)

 

+ 500 A l'apogée de sa gloire, vers 500 apr. J.-C., Teotihuacan était plus grande que la Rome impériale. Pendant plus de 500 ans, elle représenta pour l'Amérique centrale ce que Rome, Bénarès ou La Mecque représentaient pour le vieux continent : une capitale religieuse et culturelle ainsi qu'un centre économique et politique majeur.

Vers le milieu du VIe siècle, Tikal est vaincue par Calakmul. On note alors un ralentissement des activités, qui se traduit par l’interruption de l’érection de monuments datés. Cet arrêt marque la fin du classique ancien.Palenque commence à se développer

vers 534 Chichén Itzá est une ancienne ville maya située entre Valladolid et Mérida dans la péninsule du Yucatán, au Mexique. Chichén Itzá était probablement le principal centre religieux du Yucatán et reste aujourd’hui l’un des sites archéologiques les plus importants et les plus visités de la région.

Vers la fin du VIe siècle, Déclin et chutte de Teotihuacan

"Quelles furent les circonstances du déclin et de la chute de Teotihuacan ? Aujourd'hui, il est à peu près certain que des facteurs environnementaux et sociaux en furent la cause. 

Le climat de la région est de nos jours semi-aride et certains indices permettent de penser qu'un déclin à long terme de la pluviométrie annuelle conduisit la cité à une situation similaire à la fin du VIe siècle apr. J.-C.

TEOTIHU4.jpg (325330 octets)

Même avant cela, la déforestation des collines environnantes entraîna un phénomène d'érosion avec, pour conséquence, une diminution de l'humidité des terres cultivables.
Bien que des sécheresses persistantes aient dû causer de sérieux problèmes à ceux qui approvisionnaient la cité, le manque de nourriture ne constituait pas la pire des conséquences. Les effets de l'aridité croissante devaient être bien pires pour les petits cultivateurs et pour les tribus semi-sédentaires des hautes terres du nord de la vallée de Mexico.
Les conditions se dégradant, ces populations migrèrent, laissant les Teotihuacanos aux prises avec la disette et une pression militaire le long de leur frontière nord." Teotihuacan de René Million.

Des fouilles archéologiques ont montré que Teotihuacán était une cité multiethnique avec des quartiers distincts pour les Zapotèques, les Mixtèques ou les Mayas. Les Totonaques ont toujours affirmé qu'ils en étaient les bâtisseurs, propos confirmés plus tard par les Aztèques. La cité était également mentionnée sous le nom de Tollan, nom qui désignera des siècles plus tard la capitale toltèque Tula (Tollan Xicocotitlan en nahuatl).

TEOTIHU5.jpg (336505 octets)

700 Apogée de Palenque

800 Ere Toltèque

856 Peu de temps après le déclin de Teotihuacan, des barbares chichimèques venus du nord s'implantèrent dans la vallée de Mexico où ils érigèrent leur capitale vers 856 : Tula. Selon la tradition, dix rois-prêtres se seraient succédé jusqu'en 1168, développant ce que l'on allait appeler l'empire Toltèque.

fin du VIIIe siècle Une première ville, Quirigua, est abandonnée (c'est la dernière date indiquée sur les stèles retrouvées). Quelques dizaines d'années plus tard, on ne retrouve plus trace de vie urbaine dans le monde maya classique. Une forte baisse de la démographie a été constatée mais les causes en restent obscures

+900 Début de la Période postclassique : de la civilisation Maya, et du déclin.

La fin de la civilisation maya de l'aire centrale s'est produite au cours du neuvième siècle. Plusieurs hypothèses ont été avancées : des épidémies, des invasions, des rébellions du bas peuple à l'encontre de l'aristocratie, qui maintenait depuis des générations les richesses entre ses mains et qui rendait très difficile l'accès au pouvoir, ou une prophétie : l'élite aurait tout simplement quitté les cités devant une échéance fatale prévue dans les astres. Toutes ces théories ont été infirmées ou n'ont pu être réellement prouvées. Un facteurs plus plausibles serait la famine, une rupture d'équilibre entre la possibilité de rendement du sol et les besoins en nourriture d'une population qui doublait d'une génération à l'autre. Mais cela ne peut être la cause directe de l'effondrement d'un empire. La disparition brutale des Mayas demeure toujours énigmatique et pose un défi à la science.

Le site de Tikal cesse d'être habité vers la fin du X° siècle: En 1951 une aire d'atterissage a été construite près des ruines, qui ne pouvaient, jusqu'alors, être atteinte qu'au terme de plusieurs jours de voyage à travers la jungle, à pied ou à dos de mule. De 1956 à 1970 des recherches archéologiques plus poussées ont été réalisées par l'Université de Pennsylvanie. En 1979 le gouvernement guatémaltèque a démarré de nouvelles fouilles qui continuent encore de nos jours. Les ruines de Tikal font partie des Sites du patrimoine mondial de l'Humanité et peuvent être visitées par le public.

Au cours de la période postclassique la population Maya des basses terres du nord, ayant échappé à la fin mystérieuse de l'aire centrale, a subi des invasions de tribus étrangères venues de l'ouest, telles que les toltèques , qui s'installèrent durablement à Chichen Itza.

977 Le plus célèbre des rois Chichimèques fut Acatl Topiltzin, fils du dieu céleste Mixcoatl et de la déesse de la Terre Chimalman. En 977 il fut élu roi sous le nom de Quetzalcoatl, le Serpent à plumes. Mais une guerre civile allait bien vite opposer les partisans du dieu Tezcatlipoca à ceux de Quetzalcoatl qui s'opposait aux sacrifices humains. Le roi-prêtre fut chassé de Tula et ses fidèles se dispersèrent dans la vallée et s'allièrent avec d'autres tribus Nahuas. Intégrant les tribus nomades venues du nord.

1165 Tula se développa jusqu'en 1165, année où la cité fut ravagée par un incendie lors d'une ultime invasion chichimèque. Les toltèques prirent alors la fuite et allaient influencer de nombreuses cités telles que Texcoco, Coyoacan, Azcapotzalco, Culhuacan, Chalca et Xochimilco. On retrouve donc les Chichimèques dans l' aire méso américaine à l'origine de la civilisation Aztèque au XIII° siècle.

+1500 Fin de la civilisation Maya

 

les sites Mayas   aire méso américaine   Aire Andine

 

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

 

Les Aztèques  Aire Méso Américaine

Telle était la situation quand au treizième siècle, un groupe de chichimèques venus du nord allait faire son apparition dans la vallée de Mexico. On les appelait les Mexicas ou Aztecas. Ils revendiquaient leur appartenance aux Sept Tribus Nahuas qui seraient sorties du mythique Chicomotzoc, les Sept Cavernes, le lieu où naquit le Monde. Selon la légende, les aztèques vivaient à Aztlan, une île qui se trouveraient près de la frontière des Etats Unis actuels. Suivant les indications de leur dieu tutélaire Huitzolopochtli, ils migrèrent dès 1168 pour aller fonder leur nouvelle capitale. Mais les aztèques arrivaient dans la vallée de Mexico assez tardivement et durent affronter les autres tribus Nahuas qui les considéraient comme indésirable. 

A partir de 1256 ils occupèrent quelque temps la colline de Chapultepec au bord du lac Texcoco; mais très vite ils en furent chassés par les guerriers d'Azcapotzalco. Ils se réfugièrent alors sur les terres de la cité de Culhuacan qui leur concéda en 1299 un territoire dans la région de tizapan. Mais l'endroit était très hostile, infesté de vipères, et ceux de Culhuacan pensaient ainsi se défaire de leurs hôtes indésirables. Cependant les Aztèques s'adaptèrent à la région et firent des vipères leur nourriture. Puis ils s'unirent avec des femmes de Culhuacan obtenant ainsi une parenté avec cette tribu d'origine Toltèque.

En 1323 leur dieu Huitzilopochtli leur ordonna d'aller quérir la fille du roi de Culhuacan pour qu'elle devienne leur déesse de la guerre, Yaocihuatl. Le roi accepta sans imaginer le funeste dessein des Aztèques : la fille fut sacrifiée et un prêtre se vêtit de sa peau. Le roi de Culhuacan, venu assister aux festivités en l'honneur de la nouvelle déesse, fut saisi d'horreur et déclara la guerre aux Aztèques. Une fois encore les Mexicas devaient fuir quand en 1325, ils virent le lieu où Huitzilopochtli leur avait ordonné de bâtir leur cité. A cet endroit se trouvait un aigle dévorant un serpent sur un cactus. C'était la fin de la longue errance du peuple Aztèque à la recherche de sa « terre promise ». Sur un îlot du lac Texcoco, propriété de la cité d'Azcapotzalco, ils fondèrent la ville de Mexico - Tenochtitlan. Pour agrandir leur domaine ils durent construire des jardins flottants, les Chinampas. Mais les Aztèques devaient payer de lourds tributs aux Tépanèques d' Azcapotzalco. Peu de temps après la fondation de Tenochtitlan ils battirent sur un îlot voisin une cité jumelle appelée Tlatelolco.

Plusieurs années s'écoulèrent durant lesquelles la cité fut gouvernée par des anciens ou des prêtres. Puis un jour, en quête d'une ascendance noble, d'une origine Toltèque, les Aztèques prièrent le roi de Culhuacan de leur céder son fils afin que celui-ci devienne leur souverain.
C'est ainsi qu'en 1376 Acamapichtli, fils du seigneur de Culhuacan, fut élu en tant que premier Tlatoani (roi-prêtre) des Aztèques. Durant son règne Tenochtitlan poursuivit son édification , mais la cité restait tributaire d' Azcapotzalco. Cependant, les Aztèques s'affirmèrent de plus en plus dans l'art de la guerre en combattant aux côtés des Tépanèques.

A la mort d'Acamapichtli en 1396, son fils Huitzilihuitl lui succéda. Marié à l'une des filles de Tezozomoc, souverain d'Azcapotzalco, il obtint de ce dernier qu'il allège les impôts. De plus Tezozomoc se montrait plein d'attention pour son petit fils Chimalpopoca. Les Aztèques profitèrent de cette période de paix avec leurs voisins Tépanèques, pour consolider leur société. Une société qui s'appuyait tant sur les principes religieux émanant des Toltèques que sur les us et coutumes du peuples Mexica.
Mais nombreuses étaient les cités du lac qui voyaient d'un mauvais oeil l'expansion de Tenochtitlan. Quand, à la mort de son père, le jeune Chimalpopoca fut élu troisième Tlatoani en 1415, plusieurs tribus Tépanèques montraient ouvertement leur hostilité. Et en 1426, quand moururent Tezozomoc, souverain d'Azcapotzalco, et Chimalpopoca, roi de Tenochtitlan, Les deux forces les plus puissantes de la vallée de Mexico étaient sur le point de s'affronter.

 

Maxtlatzin, fils de Tezozomoc, succéda à son père sur le trône d' Azcapotzalco. Il ne cacha jamais sa haine envers les Aztèques qui devaient endurer de nouveaux impôts. Ceux ci avaient élu Itzcoatl, fils d' Acamapichtli, pour succéder à Chimalpopoca. Devant la menace Tépanèque, Itzcoatl s'apprêtait à reconnaître Maxtlazin comme souverain tout puissant de la vallée.

Mais à ce moment intervint un homme qui allait changer totalement la destinée des Aztèques, qui allait faire passer son peuple de l'état de subordonné à celui de dominant.
Tlacaelel, fils de Huitzilihuitl, réussit à convaincre les seigneurs Aztèques de la nécessité de ne pas accepter la soumission et de lutter contre les Tépanèques. Les Aztèques s'unirent aux cités qui se trouvaient sous le joug des Tépanèques. De l'union entre Tenochtitlan, Tacuba et Texcoco naquit la Triple Alliance. Cette nouvelle force, dirigée par Itzcoatl, Tlacaelel et son frère Moctezuma, et le prince Nezahualcoyotl de Texcoco, allait infliger de lourdes défaites aux Tépanèques jusqu'à ce que tombe Azcapotzalco en 1428.

A la suite de cette victoire, Tlacaelel reçut le titre de Cihuacoatl, conseiller suprême du roi, et s'impliqua dans une réforme complète de la société. Avec lui est née la vision mystique guerrière du peuple Aztèque qui se considérait comme la nation élue du Soleil. Tlacaelel décida de consolider le pouvoir Aztèque par une réforme idéologique. Il fit brûler les anciens codex des peuples vaincus pour les remplacer par ceux des Mexicas. Les livres d'histoire allaient devenir un des instruments de domination. Les anciens dieux tribaux étaient conservés mais les Aztèques placèrent au premier rang leurs divinités les plus marquantes : Huitzilopochtli et sa mère Coatlicue, la déesse de la Terre.

 

A la mort d'Itzcoatl en 1440, Moctezuma Ilhuicamina, fils de Huitzilihuitl et frère de Tlacaelel, fut élu cinquième Tlatoani des Aztèques. Tlacaelel restait le conseiller suprême du roi. Ensemble ils poursuivirent l'expansion de l'empire en affrontant les Huastèques et les Mixtèques bien au delà de la vallée. Les tributs provenant des régions soumises aux Aztèques affluaient à Tenochtitlan : des pierres précieuses, des plumes de toutes les couleurs, du cacao, des plantes, des animaux... Jamais autant de richesses n'étaient arrivées dans la capitale. De grands travaux d'embellissement et d'agrandissement furent menés à bien durant cette période. Tlacaelel ordonna alors la construction d'un temple somptueux à la gloire de Huitzilopochtli.

Mais à partir de 1446 les Aztèques durent affronter toute une série de calamités. Les sauterelles ravagèrent les récoltes.

En 1449, Tenochtitlan fut inondée. Puis le gel et la sécheresse des années 1450 à 1454 amenèrent la famine. Par chance 1455 fut une année favorable grâce à ses pluies généreuses. Les récoltes de mais furent importantes et les Aztèques purent remplir leurs silos.
Pour des raisons commerciales et stratégiques les guerres reprirent. Mais Les Tlaxcaltèques opposaient aux forces de la Triple Alliance une farouche résistance. En 1458, Moctezuma s'empara de Coixtlahuaca et soumit les Mixtèques. C'était une victoire importante car elle ouvrait aux Aztèques la route vers le Guatemala. Les Huastèques et les Totonaques, dans la région de golfe, ne tardaient pas eux aussi à tomber sous la coupe des Aztèques. Cependant, la position de ces derniers n'était pas assurée dans les régions les plus éloignées de Tenochtitlan. L'élite de l'armée, composée de « chevaliers aigles » et de « chevaliers tigres », était trop restreinte pour contrôler un si vaste territoire. Alors les Aztèques durent composer avec les tribus soumises. Tout en imposant leur culte à Huitzilopochtli ils toléraient les divinités des peuples conquis. Certaines nations étaient exonérées d'impôts en échange de leur contribution en guerriers.

Dans la vallée de Mexico, Texcoco, la principale alliée de Tenochtitlan, recevait une part de tribut identique à celle de sa puissant e voisine. Ceci allait lui permettre de se développer considérablement. Texcoco devint un centre culturel de première importance grâce à son souverain Nezahualcoyotl, le prince poète. Il rétablit dans sa cité les valeurs humanistes de Quetzalcoatl et fut considéré comme un grand sage.

Après un long règne de 29 ans Moctezuma mourut en 1468. Les seigneurs Aztèques offrirent le trône à Tlacaelel qui le refusa. Conscient de son immense pouvoir en tant que Cihuacoatl, conseiller suprême du roi, Tlacaelel préférait conserver son rang auprès du nouveau Tlatoani Axayacatl, petit fils d'Itzcoatl. Ensemble ils poursuivirent l'expansion de l'empire Aztèque. Cependant les forces de la Triple Alliance subirent leur premier grand revers contre les troupes Tarasques du Michoacan. Mais loin de se décourager les Aztèques continuèrent leurs guerres de conquête.

C'est à la fin du règne d'Axayacatl que s'éteignit Tlacaelel, le grand réformateur de la nation Aztèque. Le roi mourut peu de temps après en 1481. Tizoc, frère d'Axayacatl, fut élu septième Tlatoani. Mais il ne brillait pas par son ardeur à combattre et à conforter la puissance Aztèque.

C'est son frère cadet Ahuizotl, élu huitième Tlatoani à la mort de ce dernier en 1486 qui poursuivra l'idéal mystico guerrier de Tlacaelel. La construction du somptueux temple dédié à Huitzilopochtli s'acheva sous son règne, et de nombreuses victimes furent sacrifiées pour cette occasion. Ahuizotl combattit jusqu'au Guatemala et s'attacha à l'embellissement de Tenochtitlan. Il ordonna la construction d'un aqueduc pour amener l'eau de Coyoacan à la capitale. Mais cette oeuvre allait être la cause de sa mort. En 1502 Tenochtitlan fut inondée et le roi périt dans la catastrophe.

 

Moctezuma Xocoyotzin, fils d'Axayacatl, fut élu neuvième Tlatoani. C'était un homme très érudit mais qui passait de longs moments à méditer dans les temples de la cité. Il confia les postes les plus importants de l'empire aux fils des seigneurs de Tenochtitlan, Texcoco et Tacuba. Puis il renforça le pouvoir Aztèque dans les régions les plus instables. Mais il subit une défaite cuisante contre Tlaxcala en 1515. Un revers très inquiétant pour Moctezuma qui, plongé dans une profonde réflexion religieuse, voyait dans chaque événement les signes d'un bouleversement très proche. Les Aztèques croyaient que le temps était découpé en cycle de 52 années. Chacun de ces cycles pouvaient se terminer par un cataclysme qui aurait mis fin au Soleil. Or cette période devait s'achever en 1519. Une série de présage venait tourmenter l'esprit de Moctezuma. Il vit une comète un soir où il méditait. Puis un des temples de Tenochtitlan s'embrasa. Et quand on lui annonça l'arrivée d'étranger à la peau blanche, venus de la mer, Moctezuma ne put s'empêcher de penser aux anciens codex qui prédisaient le retour de Quetzalcoatl.

1519 Cortes invasion espagnole

C'est ainsi que le 8 novembre 1519, une petite armée d'espagnols arriva à Tenochtitlan sans que les Aztèques ne gênent vraiment leur progression. Moctezuma redoutait cette rencontre, et quand il se trouva en face du capitaine espagnol, Hernan Cortes, il lui fit allégeance, s'imaginant devant le dieu Quetzalcoatl revenu prendre possession de ses terres. Cortes avait vite compris l'avantage qu'il pouvait tirer de cette situation. Et si les forces de La Triple Alliance étaient infiniment plus nombreuses que les espagnols, le conquistador avait su rallier les tribus Chalcas, Tépanèques et Tlaxcaltèques qui n'acceptaient pas la domination Aztèque. Les espagnols passèrent rapidement à l'assaut; la noblesse de la Triple Alliance fut décimée et Montezuma fut emprisonné puis tué. Les survivants Mexicas tentèrent de résister, mais après un long siège, Tenochtitlan tomba le 13 août 1521. L'empire Aztèque s'était écroulé.

La culture maya a été annihilée par les nouveaux occupants, qui développèrent les sacrifices massifs. Les Aztèques considéraient que plusieurs Soleils avaient existé auparavant. Il y avait eu le Soleil de terre suivi de ceux du vent, du feu et de l'eau. Tous périrent dans un cataclysme. Le cinquième Soleil fut créé à Teotihuacan. Les dieux se réunirent pour désigner celui qui aurait l'honneur d'incarner le nouvel astre. Ce soleil était celui du mouvement. Mais comme les précédents sa destinée était de disparaître lui aussi dans un cataclysme. C'est cette perspective pessimiste qui est à l'origine de la vision mystico guerrière des Aztèques. Tlacaelel réussit à persuader les sages que l'on pouvait éviter la mort du Soleil en le nourrissant d'eau précieuse. Ce liquide était le sang des êtres humains que l'on allait sacrifier pour assurer la survie de l'astre solaire. Pour qu'il ne manque jamais d'eau précieuse, Tlacaelel instaura le principe des « guerres fleuries » entre les cités de la Triple Alliance. L'objectif était d'obtenir suffisamment de prisonniers pour les sacrifices. Pour que le Soleil vive, la guerre était devenue indispensable. Les Aztèques justifiaient alors leurs conquêtes par la mission suprême qu'il devaient accomplir. Dans toute la vallée de Mexico les nouveaux codex illustraient la puissance de Huitzilopochtli et la grandeur du peuple Mexica.

Quelques siècles plus tard l'intérêt n'était plus à l'art, à l'architecture, ni aux fastueux cérémoniels, mais au commerce et à la guerre. Lorsque les espagnols entreprirent la conquête de la Péninsule Mexicaine dans la première moitié du 16e siècle, ils trouvèrent la région en plein chaos culturel, politique et économique. Il n'a fallu que quelques années à une poignée d'hommes dirigée par Cortés, pour soumettre à la couronne espagnole toute la péninsule grâce à un jeu d'alliance avec des tribus ennemies entre elles.

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

les sites Mayas   aire méso américaine   Aire Andine

Les Incas © Americas-fr - La revue des Amériques Aire Andine

entre -15 000 et -10 000 Certaines recherches tendent à démontrer que la construction de la plus ancienne cité de cette civilisation remonterait à plus de 10 000 ans avant J.C. Ces analyses se basent notamment sur différentes constructions qui apparaissent comme des quais et qui se trouvent à une distance du lac qui ferait remonter leur construction à 15 000 ans avant J.C., à l’époque où le lac longeait ces constructions. Cette théorie serait « confirmée » par des dessins et gravures d'animaux dont l'espèce aurait disparu à la fin du pléistocène c'est-à-dire vers 12 000 ans avant JC.

-1800 temple de Kotosh

CHAVIN            (-1200, -400)
PARACAS         (-1100, -200)
SAN AGUSTIN  (-600, +400)

Les géoglyphes

Les géoglyphes sont le fait de la civilisation Nazca, une culture pré-incaïque du Sud du Pérou qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 de notre ère. Les lignes et géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994.

Des expériences d'archéologie expérimentale ont prouvé que la réalisation de géoglyphes à l'aide d'outils rudimentaires, comme des piquets et des cordes, afin de reproduire une version agrandie d'un dessin préalable, ne posait aucun problème particulier, et était sans aucun doute à la portée d'un peuple de bâtisseurs comme les Nazcas.

À partir de maquettes, les Nazcas réalisaient les ouvrages à grande échelle probablement à l'aide de procédés géométriques simples, tel le carroyage. les pieux retrouvés sur le Grand Rectangle (300 pieux pour ce rectangle de 800 m de long et 100 m de large) semblent confirmer que ces dessins ont été tracés par simple carroyage : le dessin est quadrillé puis reporté à l'échelle sur le sol où l'on a pris soin de tirer des cordages qui reproduisent les carreaux.

On a retrouvé diverses poteries reprenant les mêmes motifs. Elles prennent la forme de singes, d'oiseaux-mouches et de condors où pullulent spirales et ellipses. Imprimés sur la surface de la Pampa, les dessins franchissent les ravins, escaladent les collines sans que leur forme ni la rectitude apparente des lignes en soient affectées. Ces tracés représentent les divinités animales du panthéon religieux des Nazcas

On a déjà dénombré plus de 350 dessins distincts. D'après la mathématicienne allemande Maria Reiche, qui a consacré la majeure partie de sa vie à l'étude archéologique et à la préservation du site, les géoglyphes formeraient un immense calendrier astronomique, dont les lignes pointent vers des étoiles remarquables ou des constellations.

Cette théorie a été infirmée en 1968 par l'astrophysicien américain Gerald Hawkins, d'après les recherches qu'il réalisa en se fondant sur des calculs informatiques.

En reconstituant la carte du ciel telle qu'elle était à l'époque des Nazca, il démontre que 80% des géoglyphes n'ont aucune relation avec les constellations importantes, cependant ses recherches furent démolies à cause d'une erreur de méthodologie grave. Il avait reconstitué la carte du ciel en se fondant sur celle de Stonehenge qui n'est pas dans le même hémisphère.

Des archéologues ont réalisé des répliques à l'identique des figures de Nazca à l'aide de leurs étudiants dans un temps relativement court. De nos jours, les communautés nazca effectuent une procession sur le parcours que forment certaines des figures. Ce rite peut être récent, et il n'y pas de preuve qu'il ait toujours été pratiqué. Les figures ont également été associées au chamanisme. La plupart de ces figures se trouvent près de sites préhistoriques d’art rupestre qui présentent des images similaires, mais à une plus petite échelle. Les chamans prenaient des substances hallucinogènes qui leur permettaient de voir leur animal-pouvoir, une pratique courante en Amérique du Sud et particulièrement en Amazonie.

Encore plus simplement, ces dessins seraient destinés à des dieux habitant les cieux. Cette théorie est accréditée par le fait que les motifs animaux sont les mêmes que ceux qu'on trouve dans le panthéon nazca, par exemple sur les céramiques. La plupart des figures sont constituées d'une seule ligne ne se recoupant jamais.


Les geoglyphes du monde entier via google earth

La culture Nazca s’est développée à partir de la culture Paracas qui date de l’époque antérieure appelée période Chavin ou Horizon ancien. La zone d’influence nazca s’étendait de la côte du Pacifique jusqu’à Ayacucho à l’est dans les Andes, et de Pisco à Arequipa du nord au sud. La civilisation de Nazca s'est développée parallèlement à la civilisation Mochica, qui occupait elle le nord de l'actuel Pérou.

Depuis les travaux de Dieter Eisleb, on divise habituellement l'histoire de la culture de Nazca en 4 âges :

Proto-Nazca (de 200 à 100 avant Jésus-Christ), qui succède à la période Paracas Necropolis

Nazca initial (de 100 avant Jésus-Christ à 200)

Nazca moyen (de 200 à 300)

Nazca tardif (de 300 à 600) Les Nazcas vivaient de l’agriculture intensive qu’ils pratiquaient dans les étroites vallées des affluents du Rio Grande de Nazca ainsi que dans la vallée d’Ica, Ils avaient fortement développé l’irrigation pour pallier le manque d’eau chronique dans cette région aride en construisant des puits profonds de plusieurs mètres reliés par un réseau d’aqueducs souterrains. Ces aqueducs sont encore utilisés de nos jours. Ils vivaient dans des huttes recouvertes de chaumes situées à l'extérieur de la zone cultivable, c'est à dire à la limite du désert, de manière à maximiser la surface cultivable. Ces huttes étaient regroupées en bourgades autour d'une pyramide en adobe servant de sanctuaire.


puits Nazca

Le site central était Cahuachi (durant les cinq premiers siècles de l'ère chrétienne), à 6 km de la ville actuelle de Nazca. C’était un centre exclusivement cérémoniel (les fouilles n'ont révélé aucune trace d'activité de vie quotidienne) qui comprenait plus de quarante buttes pyramidales surmontées de structures en adobe. La plus grande de ces pyramides comportait six terrasses superposées dépassant 20 m de hauteur. Lors de cérémonies religieuses, des têtes humaines (d’ennemis) étaient coupées et préparées comme trophées puis enfouies. On a également trouvé des têtes humaines au front percé, permettant ainsi de les suspendre à l'aide d'une corde pourvue d'un nœud, passée dans l'orifice. Les Nazcas pratiquaient aussi la déformation crânienne. On faisait porter un déformateur en cuir aux nouveau-nés, pendant un an, ce qui contraignait la croissance du crâne vers le haut. Le but était vraisemblablement esthétique.

Après environ six siècles d'existence, la civilisation Nazca décline brutalement vers 350. L'explication semble être une perte de foi due à la conjonction entre une inondation plus catastrophique que les autres (elles étaient fréquentes) et un séisme. Ces évènements auraient provoqués une perte de confiance des Nazcas en leurs dieux et donc, en leurs prêtres. Il est toutefois frappant de constater que le peuple nazca, avant de quitter Cahuachi, a pris la peine d'enfouir rituellement la cité avec beaucoup de soin, en enveloppant d'abord tous les bâtiments dans une couche d'argile. C'est pour cette raison que les ruines de Cahuachi sont aujourd'hui aussi bien conservées, malgré les pillards. Les pilleurs de tombes fouinent dans les chambres funéraires pour dénicher des crânes qu'ils vendront aux touristes. On trouve encore trace de la civilisation nazca pendant quelques siècles après ces événements, avant qu'ils ne soient assimilés par la culture Huari.

Les Nazcas utilisaient des filets pour la pêche et pratiquaient la chasse au phoque. Les cultures vivrières des Nazcas étaient constituées de haricots, de pommes de terre, de melons, de manioc, d'avocats, d'arachides et de poivre. De plus, les Nazcas cultivaient le coton pour leurs textiles.

 

MOCHICA            (200, 700)
CHANCAY          (200, 1438)

TIAHUANACO    (500, 1000)

La civilisation de Tiwanaku (en aymara, ou Tiahuanaco, nom de la ville moderne en espagnol), est une civilisation pré-inca qui a dominé la moitié sud des Andes centrales entre le Ve siècle et le XIe siècle.

La civilisation de Tiwanaku a pris naissance sur la rive sud du Lac Titicaca, aux environs du site archéologique de la Cité du Soleil de Tiahuanaco. Son extension maximale est mal connue, mais les recherches archéologiques témoignent d'une expansion sur de vastes territoires en direction du sud et du sud-est du lac Titicaca. Ces régions correspondent à l'actuel nord du Chili et à l'ouest de la Bolivie.

L'histoire de la civilisation de Tiwanaku peut être subdivisée en quatre époques :

Formative, du Xe siècle av. J.-C. au IIIe siècle

Intermédiaire, du IIIe siècle au VIe siècle

Classique , du VIe siècle à la fin du Xe siècle (la datation la plus tardive obtenue d'un monument de Tiwanaku au carbone 14 remonte à 950)

Un des principaux sites archéologiques actuels de la civilisation de Tiwanaku est la Cité du Soleil, lieu de célébration du dieu créateur Kon Tici Viracocha, elle comporte de nombreux édifices à vocation cérémonielle dont le principal est le temple de Kalasasaya, une vaste enceinte close. Les deux plus célèbres monuments environnants sont la pyramide à sept degrés d'Akapana et la fameuse Porte du Soleil, considérée par certaines recherches comme un repère astronomique du fait de son alignement avec le soleil, et par d'autres comme un observatoire. Sculptée dans un seul bloc massif de roche volcanique. On suppose que le bloc provient d'une carrière située à près de 300 km. Il a fallu monter certains blocs de 400 tonnes à près de 3600 m d'altitude.


La porte du soleil à Tiahuanaco

Celle-ci peut apparaître comme une mini-réplique du temple de Kalasasaya, chacune de ses terrasses étant ornée de statues monolithiques sur ses bords. Une autre thèse interprète le monticule comme une figuration des montagnes de la Cordillère des Andes. Enfin des monolithes, comme ceux de Benett et de Ponce, que certains archéologues rapprochent des Moais de l'île de Pâques, sont orientés à l'intérieur du site.


monolithe de Tiahuanaco

Le sommet de la pyramide est occupé par des cases - dont l'usage reste inconnu - disposées autour d'une cour intérieure. En contrebas de l’Akapana un contraste saisissant apparaît avec le temple semi-souterrain. Celui-ci impressionne par son ingénieux système de canalisations traversant la pyramide pour faire jaillir de l'eau en haut de l'Akapana, qui se déversait ensuite d'un étage à l'autre, le spectacle devait se situer entre celui que dégage une rizière et celui d'une fontaine… Cette magnifique cascade artificielle symbolise certainement des sources du Nevado Illimani.

tous les blocs sont ajustés parfaitement, ils utilisaient des agraffesmétalliques pour asembler et maintenir les blocs en place.

 

Epoque Tardive de la civilisation de Tiwanaku, du Xe siècle jusqu'au XVIe siècle (mais dans la majorité des études archéologiques on considère la civilisation de Tiwanaku comme disparue dès le XIIe siècle, voire à partir du XIe siècle).

HUARI                  (700, 1000)
CHIMU                 (700, 1470)

QUECHUA         (1200, 1438)
POPAYAN         (1200, 1400)

CHIBCHA          (1400, 1533)

L’empire Inca

Atahualpa et Huascar, les deux fils de l’empereur Huayna Capac, s’affrontaient pour régner sur l’immense territoire que ce dernier avait laissé à sa mort. La domination des Fils du Soleil s’exerçait de la Colombie jusqu’au Chili. Mais le « Tahuantinsuyu », l’empire des quatre provinces, n’a atteint cette puissance qu’après de longues luttes qui l’opposait à d’autres civilisations déjà bien installées.

Les origines

Vers la fin du XIIIe siècle une petite tribu arrivait, avec bien des difficultés, dans le bassin de Cuzco, dans les Andes du Pérou. La légende raconte que ces indiens « Quechuas » étaient à la recherche de l’endroit idéal pour s’établir. Ils étaient dirigés par Manco Capac et Mama Ocllo sa soeur-épouse. Ils ne devaient fonder leur cité qu’à l’endroit où le bâton d’or de Manco Capac s’enfoncerait. Et c’est ce qu’il arriva. Ils fondèrent la ville de Cuzco, « le nombril » en langue Quechua, et réunirent sous leur autorité les populations qui vivaient dans la barbarie, pour les faire accéder à la civilisation. Manco Capac leur enseigna l’agriculture et l’artisanat et Mama Ocllo inculqua aux femmes l’art du tissage.

L'expansion

Mais contrairement à ce que veut bien faire croire la légende, les Incas intégrèrent la confédération cuzquénienne en occupant un rang subordonné et non dominateur. Ils adoptèrent la langue Quechua de leurs suzerains, la propageant ensuite sur tout le territoire.

La confédération reposait sur deux moitiés : Le Hanan, la moitié du haut, et le Hurin, la moitié du bas dont faisaient parti les Incas. Le Hanan détenait les pouvoirs politiques et religieux, et le Hurin, les pouvoirs militaires. Cette répartition des pouvoirs explique en partie la montée en puissance par les armes du groupe Inca. Les chefs militaires recevaient le titre de Sinchi.

C’est au XIV ème siècle que Sinchi Roca, puis Lloqui Yupanqui, Mayta Capac et Capac Yupanqui, renforcèrent la position des Incas dans le bassin de Cuzco. Pour avoir pillé les villages aux alentours et repousser les attaques adverses, on leur reconnut un rôle prépondérant dans la confédération. Ainsi, à la mort de Capac Yupanqui, Inca Roca s’empara du contrôle de la confédération, et les Incas imposèrent leurs lois à toutes les tribus.

Son successeur, Yahuar Huacac, ne fut pas aussi brillant et une conspiration mit fin à son règne. Mais vers 1400 les Incas reprirent leur expansion avec Viracocha Inca. Malgré tout, leur territoire ne dépassait pas un rayon de 40 kilomètres autour de Cuzco.

En 1438, une puissante tribu, les Chancas, faillit réduire à néant les efforts des Incas. Viracocha Inca, devant l’avancée des armées adverses, se réfugia dans la citadelle de Calca. Mais un de ses fils, Pachacutec, n’acceptant pas la retraite tenta d’arrêter la vague des envahisseurs. Regroupant les chefs de tribus alliées, Pachacutec infligea aux Chancas une défaite terrible. La menace écartée, il déposa son père pour prendre le pouvoir et asseoir définitivement la domination des Incas sur les hauts plateaux.

On pense aujourd'hui que la cité du Machu Pichu a été construite sous le règne de l’empereur Pachacutec peut-être en 1440. L'emplacement de Machu-Picchu dut impressionner le monarque par ses particularités spécifiques à l'intérieur de l'aire géographique sacrée de Cusco.

machu pichu

De 1445 à 1450 Pachacutec étendit son territoire jusqu’au lac Titicaca, combattant les tribus de langue Aymara, derniers représentant de l’ancienne Tiahuanaco. Pendant ce temps son frère, Capac Yupanqui, étendait l’empire Inca jusqu’à Cajamarca, à plus de mille kilomètres de Cuzco, aux portes du grand empire Chimu. Mais celui-ci devenant trop audacieux et convoitant le trône, Pachacutec le fit assassiner. En 1463, il leva une armée qu’il confia à son fils Tupac Yupanqui afin de soumettre à l’autorité des Incas les immenses territoires séparant Cajamarca de Cuzco. Tupac Yupanqui se montra redoutable et les Incas firent tomber Chanchan, la capitale des Chimu, avant de conquérir Quito dans le nord de l’actuel Equateur.

Vers 1470, Tupac Yupanqui revenait à Cuzco et montait sur le trône que son père vieillissant lui léguait. Par ces victoires et l'autorité qu'il montrait il était devenu un des empereurs les plus puissants que le Tahuantinsuyu avait connu.

Tupac Yupanqui est un empereur Inca qui a régné entre 1471 et 1493. Fils de Pachacutec, il est nommé héritier du trône vers l'âge de 15 ans. Durant le règne de son père, c'est un grand général qui, par ses conquêtes, permet à l'empire Inca d'atteindre son maximum d'extension. Au nord, il soumet les Cañars pour étendre sa domination sur la presque totalité de l'actuel Équateur ; le royaume des Chimus tombe entre ses mains et, avec lui, toute la côte jusqu'à Lima ; au sud, malgré la vaillante résistance des guerriers Araucans, Túpac Yupanqui avance les frontières de l'Empire jusqu'au río Maule, au cœur de l'actuel territoire chilien.

En 1471, Tupac Yupanqui revient à Cuzco et monte sur le trône que son père vieillissant lui lègue. Par ces victoires et l'autorité qu'il montre, c'est l'un des empereurs incas les plus puissants. Tupac Yupanqui dote ses États d’une solide administration, d'un réseau routier très développé qui franchit les cols les plus élevés, reliant les différentes provinces et permet une rapide transmission des ordres du pouvoir central aux nombreux fonctionnaire locaux. Un véritable socialisme d'État règle dans le moindre détail toute l'activité de ses sujets jusqu'à leur vie privée. Mais l'étendue de l'empire, la géographie et la diversité des cultures rend fragile l'autorité de l'Inca.

Pendant son règne, une prédiction, qui s'est étrangement réalisée, avait assuré que le XIIIe empereur des Incas serait le dernier. Le destin d'Atahualpa lui donna raison.

Fruit de l'incompréhension et des préjugés de l'époque, la soumission des Amériques se fit avec une grande violence. En un peu plus d'un demi-siècle les populations indigènes furent décimées tant du fait des nouvelles maladies apportées par les conquistadors que par les massacres perpétrés par les vainqueurs. Finalement les conquérants imposèrent leur culture et leurs traditions, effaçant peu à peu les traces des civilisations antérieures. En 1492, cent millions d'hommes vivaient en Amérique. Un siècle après, les chroniques évoquent un continent vide. Pour les Amérindiens, la venue des Européens a tourné au désastre.

Mais l’aristocratie Inca complota contre l’empereur et, Tupac Yupanqui mourut assassiné en 1493. Huayna Capac, son jeune fils, fut porté au pouvoir sous la tutelle de ses oncles.

Atahualpa (v. 1502 - 1533) est le dernier empereur de l'empire Inca.

En 1511, les conquistadores espagnols sont à Panama. Toujours à la recherche de grandes quantités d'or, des rumeurs selon lesquelles existerait un pays aux richesses fabuleuses, troublent l'esprit des plus téméraires d'entre eux. Les indiens, excédés par la cupidité de ces hommes venus de la mer, tentent d’éloigner leurs bourreaux en leur révélant l'existence d'un " El Dorado " qui hante depuis bien longtemps les conquérants espagnols.

En dépit des victoires et des efforts de l’armée Inca, le nord de l’empire demeurait toujours très instable. La distance qui séparait ces régions de la capitale, ne permettait pas aux autorités impériales d’exercer leur entière domination. Cependant Huayna Capac, devenu adulte, prit la tête de l’armée du Nord et obligea les Kara, dernière tribu à s’opposer aux Incas, à capituler en 1523. Plus rien ne pouvait arrêter l’expansion de l’empire et l’empereur parvint jusqu’au sud de l’actuelle Colombie.

En 1524, un farouche capitaine s'en va explorer les rivages d'une contrée que les indiens nomment "Birú". Mais la forêt hostile et la gigantesque cordillère des Andes forment une barrière qui ne lui permettent pas d'explorer l'intérieur de ces terres nouvelles. Pourtant, en avril 1532, à force d'acharnement, le capitaine Francisco Pizarro à la tête d'une petite armée de 180 hommes met le pied à Tumbes, au nord de l'actuel Pérou.

Depuis tout ce temps, l'activité des espagnols avaient intrigué les indiens. Mais en proie à un conflit qui opposait les deux frères Atahualpa et Huascar pour la domination de l'empire Inca, ils ne se souciaient guère de cette poignée d'êtres étranges montant de drôles d'animaux et de leurs armes qui déclenchaient le tonnerre.

Le déclin

Mais déjà l’empire allait devoir affronter un nouveau fléau : les maladies que les espagnols allaient répandre sur ce nouveau monde. Rapidement plus de 200000 indiens moururent de ces infections contre lesquelles ils étaient sans défense. Et en 1528, Huayna Capac lui-même succomba d’une de ces maladies, laissant Atahualpa et Huascar, ses deux fils, se quereller pour le pouvoir de cet immense territoire.

pissar.jpg (3568 octets) Pizarro et Diego de Almagro commencent par explorer par bateau la côte Ouest vers le Sud à partir de Panama. Sous prétexte de commerce, ils cabotent d'une ville indigène à l'autre. ils se rendent compte rapidement que les rumeurs n'étaient pas vaines, un grand et riche royaume Inca en prise à la guerre civile les attend.

En 1531, Pizarro a rassemblé suffisamment d'hommes et d'équipement (180 soldats et 30 chevaux) pour commencer l'aventure. L'expédition commence par de timides pillages le long de la côte. Au cours de l'un d'entre eux, les hommes de Pizarro croisent une autre expédition espagnole (De Soto et Benalcazar) qui veut bien se mêler à eux.

Atahualpa, qui avait passé son enfance à Quito, était soutenu par la puissante armée du Nord. Huascar, gouverneur de Cuzco, recevait l’appui des chefferies Incas les plus anciennes qui protestaient contre le déplacement du siège impérial dans le nord. Ce dernier fit exécuter quelques proches de son rival et lança ses troupes vers le nord. Atahualpa répliqua immédiatement et reprit les villes de Tumipampa et Cajamarca. Une lutte sans merci s’engager alors quand une poignée d’espagnols, Francisco Pizarro et ses 180 hommes, débarquèrent à Tumbes en Avril 1532. Mais leur infériorité numérique n’inquiétaient pas les Incas. Mais ces hommes les intriguaient. Un vieux mythe indien annonçait la venue du Dieu Viracocha afin de rétablir l’ordre et la paix sur le Tahuantinsuyu; et Francisco Pizarro ressemblait étrangement à ce personnage. Huascar vit en eux des alliés potentiels et ne fit rien contre leur progression. Le 15 Novembre 1532, Les espagnols arrivaient à Cajamarca et Francisco Pizarro invita Atahualpa à ses quartiers. Voulant impressionner ces nouveaux venus l’empereur se présenta au rendez-vous avec toute son armée. Mais au moment où Atahualpa arrivait sur la place centrale les espagnols ouvrirent le feu et lâchèrent les chiens de combat sur les indiens. Les Incas furent pris de panique et les espagnols en profitèrent pour capturer L’empereur. Prenant peur pour sa vie les indiens, impuissants, se retirèrent.

Mais entre-temps l’armée du Nord continuait sa lutte contre les troupes de Huascar et l’emporta définitivement en entrant dans Cuzco. L’empire était enfin réunifié mais le souverain restait entre les mains des espagnols. Mais cette réunification allait être de courte durée. Pizarro encourageait les rebellions des tribus soumises aux Incas, et rapidement l’empire se morcelait. Cependant les indiens pensaient encore obtenir la libération d’Atahualpa contre rançon : la pièce où il se trouvait prisonnier devait être remplie d’or. Mais Pizarro ne tint pas sa promesse et fit assassiner Atahualpa le 29 Août 1533. Plus rien n’arrêterait la marche des espagnols soutenus par toutes les tribus rebelles. Le 15 Novembre 1533 Pizarro entra dans Cuzco qu’il pilla et imposa sur le trône le demi-frère de Huascar, Manco Inca. Mais le nouveau souverain était totalement soumis aux espagnols et ne put empêcher la dislocation définitive du Tahuantinsuyu.

Novembre 1533: La capitale Inca, Cuzco, est capturé par les espagnols. Suit une longue période de révolte indienne que la petite troupe de Pizarro mate péniblement. Mais la présence espagnole est de plus en plus irréversible. La nouvelle capitale du pays est déplacée de Cuzco à Lima, fondée sur la côte.

Almagro, marié à une indienne et frustré par l'emprise de Pizarro se révolte à son tour, entrainant une partie des indiens avec lui. Sa rébellion se termine tragiquement en 1537.

Pizarro finit assassiné par des partisans d'Almagro en 1541.

les sites Mayas   aire méso américaine   Aire Andine

caraïbes et Antilles : à partir de 1492 : precolombienne.htm

amérique du Nord à partir de 1580 : amerique.htm

 

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?