GREVE 2008 dans l'éducation nationale: chronologie

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

 

Cette grève a lieu quelques semaines après le mouvement étudiant contre le LRU , le gouvernement Fillon nommé par Nicolas Sarkozy a déjà essuyé une grève reconductible dans les transports, un grosse mobilisation des fonctionnaires ainsi que des mouvements importants suite à la réforme de la carte judiciaire de Rachida Dati. Ce mouvement, comme celui contre la LRU a donné lieu à une énorme répression avec environ 80 interventions de CRS et de nombreuses arrestations. La page LRU recense tout ceci.

c'est la 4° grosse grève à l'éducation nationale en moins de 10 ans: tantôt à l'initiative des lycéens, tantôt à celle des parents d'élèves et bien sur parfois à l'initiative des profs.

après la grève de 2000 qui a duré plusieurs semaines qui s'est soldée par un échec lorsque le fusible Claude Allègre a sauté. Jack Lang lui a succédé et a appliqué toutes les réformes Allègre.

Puis il y a la grève de 2003 contre la décentralisation qui a duré également plusieurs semaines et fut également un échec. Mouvement absorbé par la grève contre la réforme des retraites, qui fut elle aussi un échec.

Comme en 2000 et 2003 il faudra plusieurs semaines avant que les médias ne commencent à parler de ce mouvement, le mur du silence médiatique est enfin brisé fin mars début avril, sitôt la couverture médiatique commencée la répression commence également

Puis il y a eu 2005 et la mobilisation lycéenne contre la loi Fillon, répression sévère et échec.

40 ans après, un contexte qui ressemble à Mai 68: une guerre qui s'enlise et qui est un échec : la guerre d'Afghanistan dure depuis 7 ans. Une répression importante, des arrestations et des condamnations. La ressemblance s'arrête là: car à la différence de Mai 68, les revendications ne prennent pas en compte ces 2 thèmes.

Place à la chronologie que je démarre au moment où le mouvement commence à s'amplifier.

 

30 Mars

arcenciel.gif (1653 octets)répression à Gustave eiffel: "Ce matin, vers 7h30, quelques élèves ont démarré un blocus du lycée. Le nombre d'élèves massés chemin de la Renardière a augmenté jusqu'à 8h30. Ce blocus laissait, plus ou moins, passer les professeurs et les élèves souhaitant aller en cours. Des policiers de la ville de Gagny étaient présents. Vers 8h45, des professeurs ont pu discuter avec les élèves, leur proposant la tenue d'une AG lundi. Vers 9h15, une deuxième brigade est arrivée (brigade départementale de sécurité). Ces policiers étaient casqués, armés (flash-ball et gaz lacrymogène). Ils ont directement chargé, en remontant le chemin de la Renardière afin de dissoudre le blocus ce qui a entraîné un mouvement de panique des élèves refluant vers le lycée. Il y a eu plusieurs allers et retours, plusieurs charges consécutives. De nombreux élèves ont été aspergés de gaz, un professeur a été molesté, des élèves ont reçu des flash-ball. Les pompiers ont dû intervenir. Un élève a été arrêté.
http://www.rue89.com/2008/03/30/un-lycee-debloque-a-coup-de-gaz-lacrymogenes

31 Mars

arcenciel.gif (1653 octets)Tv bruits , télévision libre et indépendante a réalisé un film sur l'action commune enseignants, parents, élèves du lycée Pierre d'Aragon de Muret le 31 mars 2008. Après plusieurs journées de grève, les professeurs et les parents du lycée Pierre d’Aragon de Muret, soutenus par les élèves, ont décidé d’une action commune. Le lundi 31 mars 2008, ils ont d’abord bloqué le Conseil d’Administration puis occupé le lycée de manière pacifique durant la nuit. Le film est visible sur le site de tv bruits: http://tvbruits.org/spip.php?article889

1 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Ils ont défilé mardi, et remettront le couvert jeudi: le mouvement de protestation des lycéens contre les suppressions de postes dans l'Education nationale prend de l'ampleur. A Paris, ils étaient entre 4 500 (selon la police) et 15 000 (selon le syndicat UNL) à défiler. Seul incident sur le parcours du cortège: une voiture a été renversée.
http://www.rue89.com/2008/04/02/les-lyceens-defilent-a-paris-contre-les-suppressions-de-postes

arcenciel.gif (1653 octets)Deux élèves du lycée Utrillo, de retour de manif, ont été arrêtées pour "outrages" .Des policiers de la brigade ferroviaire étaient déjà présents dans le train du métro quand les lycéens d'Utrillo sont montés. Légèrement chahutés par "des lycéens de Saint-Denis" (pas plus que Cohn Bendit, dont on fête l'image goguenarde en 68, ces policiers ont tiré le signal d'alarme à la station Duroc. Ils sont descendus sur le quai puis sont remontés par une autre porte du même wagon. De l'avis des différents témoins, les minutes qui suivent ont été effrayantes. Les policiers se sont mis à matraquer ferme les jeunes. Un lycéen du lycée Paul Eluard a eu des saignements et des vomissements. Des jeunes, menottés au sol, ont été frappés.C'est pour combattre ces méthodes illégitimes que les lycéennes d'Utrillo ont filmé la scène tout en protestant (la police dira que l'appareil n'a rien enregistré !).Suite à leur arrestation, les enseignants se sont relayés devant le commissariat de Gare du Nord, puis de celui de gare de Lyon où ces jeunes ont ensuite été transférées. Sollicités, des élus, maire-adjoint, conseiller général, sénatrice, et le secrétaire académique du SNES sont intervenus pour obtenir leur libération dès mardi soir. En vain. Par solidarité, les élèves ont dormi dans le patio en plein air du lycée.Malgré les interventions réitérées le lendemain, pas une minute ne sera donnée. C'est à 16h50, heure limite du délai de première garde à vue que ces jeunes ont pu sortir du commissariat, l'une d'entre elles frappée par une convocation au tribunal dans un mois. La famille va saisir la commission de déontologie, par l'intermédiaire de sa députée.L' image de ces jeunes, menottées, sur le banc où elles ont du dormir restera dans la mémoire des profs d'Utrillo. Elles paient tôt le prix d'une parole de lutte contre l'inacceptable. Utrillo sera en grève jeudi 3 Avril pour les revendications mais d'abord par solidarité avec ces élèves.

arcenciel.gif (1653 octets)Le couloir de la mort des lycéens d'Albi: Sauvons nos options:
Acte 1: http://fr.youtube.com/watch?v=ojB-BJDLONY
Acte 2 : http://fr.youtube.com/watch?v=wfg9UqtmYAM&feature=related

arcenciel.gif (1653 octets)Trois jeunes hommes interpellés mardi dans une station parisienne du métro au retour de la manifestation lycéenne contre les suppressions de postes étaient toujours en garde à vue mercredi en fin d'après-midi à Paris, a-t-on appris de source policière. Ces jeunes, dont il n'a pas été précisé s'il s'agissait de lycéens, sont accusés de "vol avec violence en réunion" visant un passager, selon la même source. Deux jeunes filles interpellées en même temps à la station Vaneau ont été libérées mercredi. Il s'agit de deux élèves du lycée Utrillo à Stains (Seine-Saint-Denis), âgées de 17 et 20 ans, qui auraient, selon la police, pris à partie verbalement les policiers lors des interpellations. Selon une source judiciaire, la plus jeune a déjà fait l'objet d'une convocation pour "outrages et incitation à la rébellion" devant le tribunal de Bobigny. Selon un professeur de Saint-Denis, Denis Cittanova, ces deux lycéennes ont "filmé avec leurs portables des policiers qui frappaient un élève du lycée Paul-Eluard à Saint-Denis" sur les quais du métro Vaneau. Cet élève "a été frappé aux jambes et au ventre et a vomi. Puis les policiers lui ont écrasé la tête avec une chaussure", a rapporté ce professeur selon qui "beaucoup de passagers se sont émus de ce qui se passait". Selon M. Cittanova, le lycéen fait partie des trois jeunes en garde à vue et le passager se plaignant d'un vol était un policier en civil.

3 avril

arcenciel.gif (1653 octets) "On est pas fatigué!" "Motivés, on reste motivé!" Ils étaient, selon les organisateurs, près de 15000 lycéens et professeurs à scander leur détermination, ce jeudi après-midi à Paris. C'était plutôt 6000 manifestants, selon la police, qui ont décollé des Jardins du Luxembourg vers 14h30, pour se diriger vers la gare Montparnasse. Autre slogan, beaucoup entendu lors de cette manifestation: "Sarko, t'es foutu, les jeunes sont dans la rue." Plusieurs chansons et toujours, ou presque, le nom du Président. Celui du ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, sortait rarement de la bouche de ces opposants aux 11200 suppressions de postes annoncées pour la rentrée 2008.
http://www.rue89.com/2008/04/03/les-lyceens-sont-dans-la-rue-et-ils-ne-sont-pas-fatigues

arcenciel.gif (1653 octets)TOULOUSE, (AFP) - Entre 700 lycéens, selon la police, et 2.000, selon les organisateurs, ont manifesté jeudi dans les rues de Toulouse pour dénoncer les suppressions de postes et le manque de moyens de l’Education nationale. Les manifestants marchaient derrière une banderole "Education en danger, mobilisez-vous" et scandaient notamment "Suppressions non non !, manif oui oui !", a constaté une photographe de l’AFP. Pour le second jour consécutif, un blocage des entrées du double établissement Lycée polyvalent rive gauche et Lycée professionnel du Mirail à Toulouse, qui compte 1.900 élèves, a été mené par des lycéens en grève, empêchant la tenue d’environ 80% des cours selon la direction. A Muret (sud de Toulouse), le lycée Pierre-d’Aragon a été bloqué jeudi matin. Les lycéens, réunis en assemblée générale, ont décidé d’un rassemblement dans l’après-midi devant la mairie et d’un "enterrement" symbolique, vendredi, de leur établissement, avec cercueil et tenues de deuil. Parents d’élèves et enseignants avaient occupé le lycée dans la nuit de lundi à mardi pour protester contre la suppression définitive de 16 postes, dont 11 de professeurs.

arcenciel.gif (1653 octets)TOULON: la mobilisation a pris une nouvelle ampleur aujourd'hui, c'est à deux jours des vacances mais quand même c'est important. Alors 4000-5000 lycéens à Toulon (3000 police, 5000 CGT). Et le mouvement s'étend hors de la zone toulonnaise : - 500 à Brignoles (un seul lycée dans cette ville de sous-préfecture), avec une participation très correcte des profs - blocage de mon lycée (St Maximin), avec une manif demain et des profs en grève (combien ?) pour aller à la manif

arcenciel.gif (1653 octets)La Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL), et l'Union Nationale Lycéenne (UNL), syndicats lycéens, ont appelé aujourd'hui, jeudi, à une nouvelle journée de mobilisation jeudi prochain (10 avril) dans toute la France.

arcenciel.gif (1653 octets)Six jeunes gens ont été interpellés à Créteil. Un cortège d'élèves venus de plusieurs lycées de Créteil a défilé dans les rues de la ville jeudi matin. Aux manifestants s'étaient joints de petits groupes de casseurs, soit au total environ 200 personnes, a-t-on indiqué de source policière. Les forces de l'ordre ont dû faire usage de grenades lacrymogènes à l'encontre des fauteurs de trouble, a-t-on indiqué de même source. Six interpellations ont été effectuées au total dans la matinée. Au cours de la manifestation, un groupe de jeunes a pénétré dans le lycée professionnel et technique Gutenberg dont le hall d'entrée a été dégradé, selon le rectorat de l'académie de Créteil. Trois élèves ont été blessés, un portail endommagé et des vitres cassées, a précisé le rectorat dans un communiqué. En milieu de journée, des manifestants se sont également rendus devant le rectorat et des pierres ont été jetées contre les vitres du bâtiment. Le rectorat, où devait se rendre le ministre de l'Education Xavier Darcos dans l'après-midi, a "condamné ces comportements"

arcenciel.gif (1653 octets)Rodolphe Juge, enseignant au Lycée Denis Papin à la Courneuve, qui encadrait la manifestation lycéenne parisienne contre les suppressions de postes, a été arrêté par la police ainsi que 5 autres manifestants. Conduits au commissariat de police du VIIe arrondissement, ils ont été placés en garde à vue. Le seul tort de notre camarade est de s'être verbalement opposé aux arrestations des jeunes manifestants. La Ferc-Cgt, l'Unsen-Cgt s'élèvent contre l'arbitraire des forces de l'ordre et la répression syndicale. Elles exigent la libération immédiate de notre camarade et des jeunes emprisonnés.

A vous qui avez apporté votre soutien à Rodolphe Juge, Ci-dessous, le communiqué intersyndical, la dépêche AFP et la lettre interpellant le recteur suite à la relaxe de Rodolphe Juge prononcée aujourd'hui. Cette relaxe est une victoire de la solidarité. Merci à tou-te-s

Rodolphe Juge relaxé ce mercredi 24 septembre 2008.

La 24ème chambre correctionnelle de Paris a relaxé Rodolphe Juge, enseignant stagiaire de l’académie de Créteil accusé de violence à agent lors d’une manifestation lycéenne du 3 avril 2008. C’est le procureur de la République lui-même qui a demandé la relaxe. Lors de sa plaidoirie, il a démonté point par point les accusations portées par deux policiers, qualifiant l’enquête de "succincte" et les affirmations des policiers "d’originales". Une fois de plus les deux policiers concernés et leurs représentants étaient absents du procès. Au bout du compte, il n’y a que le Recteur de l’académie de Créteil qui, en évinçant Rodolphe Juge de ses fonctions dans l’attente du jugement, n’a pas cru à l’innocence de notre collègue ! Nous regrettons une fois de plus la présomption de culpabilité qui a conduit le Recteur à suspendre notre collègue. Nous interpellons directement le Recteur de l’académie de Créteil pour qu’il intervienne rapidement en faveur de Rodolphe Juge pour le rétablir dans tous ses droits et réparer les préjudices causés.

Académie de Créteil : CGT-Educ’action, SNES-SNUEP-SNESup-FSU, SUD-Education, SN-FO-LC, CNT-Education Saint-Denis

mercredi 24 septembre 2008 à 16h20

--------------------------------------------------------------------------------

Dépêche AFP

Un professeur stagiaire interpellé lors d’une manifestation de lycéens à Paris le 3 avril, Rodolphe Juge, a été relaxé mercredi par la 24ème chambre du tribunal correctionnel de Paris des "violences volontaires" pour lesquelles il était poursuivi. Le président du tribunal a prononcé la relaxe à l’issue d’un très court délibéré, alors que le procureur Jean-Pierre Bernard avait lui aussi requis la relaxe en mettant en avant l’absence d’éléments caractérisant l’infraction. "Il n’y a absolument rien dans le dossier qui puisse démontrer la matérialité des faits, comme l’a relevé monsieur le procureur", a plaidé l’avocate de M. Juge, Me Agnès Cittadini. L’enseignant-stagiaire était accusé d’avoir jeté des pierres sur des membres des forces de l’ordre, lors d’une manifestation de lycéens contre les suppressions de postes et les réformes du gouvernement dans l’éducation. "Cette imputation ne me semble pas très claire dans cette procédure" et l’interpellation est "un point encore moins clair", a déclaré le procureur. "Les deux policiers qui se présentent comme victimes ne sont pas venus à notre audience", a-t-il ensuite relevé, avant de requérir la relaxe. Rodolphe Juge a fait part de son "soulagement" à l’issue du jugement, applaudi au sein du Palais de justice par quelques dizaines de personnes. A l’extérieur du Palais, une centaine de syndicalistes venus le soutenir ont eux aussi manifesté leur satisfaction. L’enseignant est syndicaliste à la CGT Educ’action. Selon le syndicat, il faisait partie du service d’ordre CGT lors de la manifestation, avait protesté contre l’action de la police lors d’interpellations de lycéens et s’était notamment "interposé pacifiquement entre ses élèves et la police". Professeur stagiaire de mathématiques et sciences au lycée professionnel Denis Papin de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) l’an dernier, M. Juge n’a pas été titularisé à la rentrée, ce qui a représenté selon le syndicat une atteinte à la présomption d’innocence, mais il a désormais bon espoir de l’être. "Normalement, ma titularisation se passera lors d’une commission en décembre, il n’y a pas de raison que ce ne soit pas accepté", a-t-il déclaré à l’issue du jugement. Le proviseur du lycée Denis Papin a témoigné à l’audience des bons états de service de M. Juge et son avocate a mis en évidence les nombreux soutiens qu’il a reçus lors de cette procédure, y compris de la Ligue des droits de l’homme. Dans un premier temps, M. Juge devait être jugé en comparution immédiate mais le 17 avril son procès avait été reporté à septembre en audience collégiale. "Le fait de pouvoir charger quelqu’un et de menacer sa carrière professionnelle, en toute impunité, me paraît choquant", a-t-il dit à l’issue du jugement, en référence aux procès-verbaux policiers le mettant en cause. "Il est extrêmement choquant de porter des accusations infondées sans être inquiété", a aussi réagi à l’issue de l’audience Pablo Krasnopolsky, enseignant et syndicaliste CGT qui a témoigné au procès en faveur de M. Juge.

--------------------------------------------------------------------------------

Lettre au recteur suite à la relaxe de Rodolphe Juge:

Monsieur le Recteur, Nous souhaitons faire avec vous un point ce mercredi 24 septembre 2008 sur la situation de Monsieur Rodolphe Juge et faire une demande d’audience sur cette situation. La 24ème chambre correctionnelle de Paris a relaxé Monsieur Rodolphe Juge, enseignant stagiaire de l’académie de Créteil accusé de violence à agent lors d’une manifestation lycéenne du 3 avril 2008. C’est le procureur de la République lui-même qui a demandé la relaxe. Lors de sa plaidoirie, il a démonté point par point les accusations portées par deux policiers, qualifiant l’enquête de "succincte" et les affirmations des policiers "d’originales". Une fois de plus les deux policiers concernés et leurs représentants étaient absents du procès. Ce jeune collègue connaît une entrée dans le métier particulièrement difficile. Nous vous avions demandé après plusieurs entrevues avec le chef de cabinet, puis par courrier à votre niveau, le soutien du rectorat et de vous-même à notre collègue. Vous avez malheureusement pris la décision de suspendre notre collègue le 16 juin 2008, à titre conservatoire. Vous avez de même bloqué l’examen du dossier en vue de la titularisation que pouvait prononcer le jury. Nous n’avons eu aucune réponse aux différents recours et sollicitations intersyndicales pour tenter de trouver une solution viable pour la rentrée scolaire 2008. S’il est vrai que le DRH, lors de la CAPA des PLP du 26 juin 2008 puis lors de l’audience du 10 septembre 2008, a clairement indiqué l’effet rétroactif de la titularisation au 1er septembre 2008 après l’avis positif du jury (en termes d’avancement de carrière et de traitement et primes), de nombreux problèmes restent en suspens. Ainsi, notre collègue est dans l’impossibilité d’être inscrit sur les listes électorales pour les élections professionnelles de décembre 2008. Par ailleurs, nous ne pouvons que redire les préjudices créés pour l’entrée en fonction de notre collègue restent, compte tenu de votre décision de le suspendre. Nous souhaitons que vivement votre intervention personnelle pour rétablir au plus vite notre collègue dans tous ses droits qu’ils soient administratifs ou financiers. Nous souhaitons enfin être reçu en audience, avec Monsieur Juge, afin de faire très rapidement un point sur cette situation. Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l’expression de nos salutations distinguées

Matthieu BRABANT _ Secrétaire Académique

 

5 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Plus fort que le "sit-in", le "die-in". Samedi 5 avril, 260 enseignants, élèves et parents d'élèves se sont allongés sur l'esplanade du musée Mac/Val, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), en signe de «deuil de l'Education nationale». Ils entendaient protester contre les 260 postes qui devraient être supprimés à la rentrée prochaine dans le département.
http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafYJNX.html

7 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Des professeurs d'un lycée de Lognes (Seine-et-Marne) ont mis en ligne un clip baptisé "Opération 77-227", dans lequel ils parodient une publicité, dansant en short et perruque sur l'air du "Toutouyoutou" pour protester contre les suppressions de postes. Le clip, qui avait été vu plus d'un millier de fois lundi sur le site de partage de vidéos Youtube, a été tourné vendredi dans les locaux d'Emilie-Brontë à Lognes. On y voit des professeurs et quelques élèves déguisés sautiller sur l'air du "Toutouyoutou", le générique d'une célèbre émission de fitness présentée par Véronique et Davina dans les années 1980, réutilisé récemment dans une campagne publicitaire vantant un numéro de renseignements. Ils portent des pancartes formant les numéros 77, comme l'indicatif du département, et 227, comme le nombre de postes devant être supprimés dans les lycées généraux de Seine-et-Marne d'ici la rentrée 2008. La vidéo se conclut par ces quelques mots: "77 227, numéro surtaxé pour les postes fixes". Les enseignants, qui ont rejoué leur "performance" lundi devant la préfecture de Torcy au cours d'une manifestation, ont aussi mis en ligne une vidéo de la scène.

8 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Les lycéens ont manifesté mardi pour la quatrième fois en quinze jours contre les suppressions de postes, jugeant que le mouvement "montait en puissance", mais la journée a été marquée par 25 interpellations et quatre blessés légers à Paris. Entre 8.500 (police) et 25.000 personnes (syndicat Fidl), très majoritairement des lycéens, venus de toute la région francilienne, ont manifesté mardi à Paris, à l'appel des deux syndicats lycéens UNL et Fidl. Au lycée Arthur-Rimbaud de La Courneuve, "des personnels éducatifs ont reçu des gaz lacrymogènes". A Alfred-Costes à Bobigny, le proviseur a été "giflé" et "un conseiller principal d'éducation a reçu un coup de poing", selon cette source. A Louise-Michel (Bobigny) les personnels ont annoncé faire valoir leur droit de retrait, estimant que "la sécurité des biens et des personnes n'est plus assurée" dans ce lycée. Des incidents ont aussi eu lieu en marge de manifestations dans le Val-de-Marne, donnant lieu à l'interpellation de 17 personnes.

arcenciel.gif (1653 octets)Paris: Entre 8.500 personnes dont une cinquantaine de professeurs, selon la police, et 20.000, selon le syndicat lycéen UNL, ont manifesté mardi à Paris, ont constaté des journalistes de l'AFP témoins de douze interpellations après divers incidents. La manifestation contre les suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine a été émaillée de quelques incidents: à deux reprises, des manifestants placés en tête de cortège ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont répondu en chargeant et en faisant usage de gaz lacrymogènes. Peu après 16H30, au moins douze interpellations avaient été effectuées par des policiers en civils, a constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont bloqué les manifestants boulevard des Invalides, les contraignant à refluer avant le terme de la manifestation initialement prévu à Saint-François Xavier. Le cortège est parti peu après 14H00 du jardin du Luxembourg en direction de la station de métro Saint-François Xavier, proche du ministère de l'Education. L'UNL, qui avait initialement évalué le nombre de manifestants à 10.000, a affirmé à l'AFP qu'ils étaient 20.000 deux heures après le début du cortège. Jeudi dernier, lors d'une précédente journée de mobilisation, ils étaient à Paris 6.700 participants selon la police, entre 17.000 et 20.000 selon les organisateurs. Les manifestants, des lycéens venus de toute la région francilienne, défilaient derrière une banderole sur laquelle était écrit: "Rendez-nous nos profs". Ils étaient encadrés par un important service d'ordre, notamment d'enseignants du Snes-FSU (majoritaire dans le second degré). Parmi les slogans, on pouvait entendre: "on n'est pas fatigués", "non, non, non aux suppressions, oui oui oui à notre éducation", ou encore "nous ne sommes pas de la chair à patron, nous voulons une vraie éducation".

arcenciel.gif (1653 octets)Une vingtaine de personnes ont été interpellées mardi matin dans le Val-de-Marne lors d'incidents en marge de manifestations de lycéens, principalement à Créteil, a-t-on appris de source policière à la mi-journée. Sept personnes ont été interpellées à Créteil pour jets de pierre lors d'une manifestation rassemblant environ 400 personnes, des lycéens auxquels s'étaient joints des casseurs, selon la même source. Un policier a été blessé à la jambe par un projectile et les forces de l'ordre ont fait usage de leur flashball à trois reprises pour disperser les manifestants. En milieu de journée, un groupe de jeunes, dont le nombre n'a pas été précisé, a pénétré dans le centre commercial régional de Créteil, dont la plupart des magasins ont fermé leur rideau. Une dizaine de jeunes ont été interpellés après des vols commis dans un hypermarché. Six autres personnes avaient été interpellées en début de matinée aux abords du lycée Darius-Milhaud du Kremlin-Bicêtre pour des jets de projectile et des incendies de poubelles. Au total, plusieurs centaines de lycéens s'étaient rassemblés mardi matin devant leur établissement à Vincennes, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, Villeneuve-le-Roi, Cachan ou Champigny-sur-Marne. Une centaine de jeunes ont manifesté sans incident devant le rectorat de Créteil en fin de matinée, selon le rectorat. Celui-ci dénombrait mardi six lycées bloqués dans le Val-de-Marne (dont Jean-Macé à Vitry-sur-Seine et Maximilien-Sorre à Cachan), cinq en Seine-Saint-Denis et quatre en Seine-et-Marne.

9 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Incendie de poubelles devant le lycée : 4 mois avec sursis à 8 mois fermes
Quatre lycéens ont été condamnés mercredi soir par le tribunal correctionnel de Créteil à des peines de prison de quatre mois avec sursis à huit mois fermes pour l'incendie de deux poubelles devant les grilles de leur établissement à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Lundi matin, voulant bloquer le lycée Camille-Claudel où ils sont scolarisés, dans le cadre des mouvements lycéens contre les suppressions de postes, ils avaient incendié à l'aide d'essence deux containeurs devant leur établissement. La peine la plus lourde, assortie d'un mandat de dépôt à l'audience, a été prononcée à l'encontre d'un lycéen de 21 ans, déjà condamné à deux reprises pour des vols aggravés. Ses trois coprévenus, au casier judiciaire vierge, ont été condamnés à des peines de quatre mois à 12 mois avec sursis. Tous ont reconnu les faits. Dans un réquisitoire sévère, le substitut du procureur avait dénoncé une action "organisée, concertée", évoqué un "comportement de casseur (...) sous couvert de revendications démocratiques", avant de demander des peines "exemplaires". Il avait requis des peines de prison ferme ou partiellement assorties de sursis contre trois d'entre eux et cinq mois avec sursis pour le dernier. "Des casseurs?", avait demandé l'un des avocats de la défense, en dénonçant le "poids des mots". Non, "ce ne sont pas des gens qui viennent profiter d'une manifestation pour se greffer", avait-il ajouté, tandis qu'une autre avocate renchérissait : "si c'était des casseurs, ils seraient allés dans le centre commercial du coin pour voler". Selon le parquet de Créteil, du 3 au 8 avril, 47 jeunes, dont 35 mineurs, ont été placés en garde à vue dans le Val-de-Marne dans le cadre d'incidents liés au mouvement lycéen ou en marge de celui-ci. Seuls trois dossiers ont été classés parce que les faits n'étaient pas suffisamment caractérisés.

10 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Trois syndicats d'enseignants et la fédération des parents d'élèves FCPE du Val-de-Marne ont dénoncé jeudi des "provocations policières" à l'encontre des lycéens lors de manifestations, dont l'utilisation de flash-balls. "Stop à la répression. Il faut répondre aux revendications", disent dans un communiqué commun les syndicats CGT-Educ'Action, Snes-FSU et Sud-Education, ainsi que la FCPE-94, en dénonçant les "provocations policières". "Les lycéens sont régulièrement chargés par la police qui n'hésite pas à faire usage de flash-balls", poursuivent les organisations, évoquant des "interventions policières répétées" au lycée Darius-Milhaud du Kremlin-Bicêtre. Une élève de cet établissement a été touchée mercredi par une balle de caoutchouc, selon le communiqué. D'après une lycéenne, jointe par l'AFP, cette élève a été atteinte à la jambe et conduite à l'hôpital. L'élève n'était pas visée directement, elle a été atteinte par ricochet, a affirmé une source policière, en soulignant qu'elle avait été "blessée légèrement au tibia". Depuis lundi, 14 élèves du lycée Darius-Milhaud ont été arrêtés lors de manifestations devant l'établissement ou en marge de ces rassemblements. Sept d'entre eux, tous mineurs et niant les faits qui leur sont reprochés, ont été mis en examen mercredi à Créteil par un juge des enfants pour violences sur policiers, avant d'être remis en liberté, selon une source judiciaire. "Certains des lycéens arrêtés tentaient même au contraire de calmer la situation", disent les organisations, et "d'autres ont été arrêtés à plusieurs centaines de mètres du lycée". Les parents de l'un d'eux, frappé lors de son interpellation selon le communiqué, ont l'intention de porter plainte. "Cet acharnement répressif et ces provocations n'ont qu'un but : étouffer l'élan citoyen" de la jeunesse et "détourner l'attention des revendications légitimes".

arcenciel.gif (1653 octets)AFP - 10.04 - Grenoble: entre 5.500 et 9.000 manifestants, incidents en fin de défilé De 5.500 à 9.000 personnes selon la police ou les lycéens ont manifesté jeudi matin à Grenoble contre les suppressions de postes dans l'éducation prévues pour la rentrée 2008, et des incidents ont éclaté en fin de défilé, a constaté une journaliste de l'AFP. Vers midi, une poignée de manifestants a jeté des pierres sur les forces de l'ordre en place devant le rectorat, a indiqué la police qui a interpellé deux personnes. Deux lycéens, incommodés par les gaz lacrymogènes, ont été pris en charge par les pompiers. Un cortège composé d'élèves et de professeurs venus de plusieurs lycées de Grenoble et des environs, mais aussi de militants CGT et FO, a défilé dans les rues du centre ville, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire notamment "Avec Darcos, c'est les soldes moins 30% sur l'éducation".

arcenciel.gif (1653 octets)Mouvement lycéen: entre 19.000 et 40.000 personnes ont défilé à Paris Entre 19.000 personnes, selon la police, et 30.000 à 40.000, selon le syndicat lycéen UNL, ont défilé jeudi dans les rues de Paris pour protester contre les suppressions de postes dans l'éducation à la rentrée prochaine, ont constaté des journalistes de l'AFP. Mardi, lors de la quatrième journée de mobilisation, les manifestants étaient entre 8.500 (police) et 25.000 personnes (syndicat Fidl) à Paris. Jeudi les enseignants étaient beaucoup plus nombreux que lors des précédentes manifestations. Lycéens, enseignants et parents d'élèves, partis vers 13H45 des abords du jardin du Luxembourg, sont arrivés, pour les premiers d'entre-eux, peu après 16h00, à la station de métro Saint François Xavier, où ils se dispersaient dans le calme. Hormis quelques moments tendus en tête de manifestation - mouvements de foule, jets de projectiles contre les forces de l'ordre, utilisation de gaz lacrymogènes par la police - la manifestation s'est déroulée sans incident. Les manifestants marchaient derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire: "suppression de postes, les lycéens mobilisés". Sur une autre banderole était inscrit: "postes, heures supplémentaires, bac pro, statut, salaires pour l'avenir de notre métier, pour l'avenir de tous les jeunes, le ministère doit répondre: il faut un collectif budgétaire". 8.830 suppressions de postes sont prévues à la rentrée prochaine dans l'enseignement public. Le secrétaire général de la FSU (première fédération de l'enseignement), Gérard Aschieri, et le président de l'UNL (1er syndicat lycéen), Florian Lecoultre, étaient en tête du cortège. "Nous sommes là pour montrer que les lycéens seront encore plus nombreux aujourd'hui pour défendre notre avenir. Nous disons stop à l'hémorragie de postes", a expliqué à l'AFP, Florian Lecoultre. De son côté, Gérard Aschieri a estimé qu'il se passait "vraiment quelque chose". "Est-ce que le gouvernement est capable de comprendre et d'arrêter de dire que les suppressions de postes c'est insignifiant?", a-t-il demandé. "Alix Nicolet", présidente de la Fidl (deuxième syndicat lycéen), s'est dite "satisfaite d'une belle mobilisation, qui prouve que les lycéens sont conscients des problèmes" dans l'Education. Des étudiants de l'Unef étaient aussi venus grossir les rangs pour "dénoncer la régression éducative qui se met en place", selon les mots de son président Jean-Baptiste Prévost. "Nous craignons que la politique de rigueur du gouvernement aboutisse à un système éducatif d'une moins bonne qualité", a-t-il dit. "Une seule suppression: celle du ministre de l'Education", "Lycéens en colère, DarKos à terre" pouvait-on lire parmi les slogans, tandis que des lycéens scandaient "Sarko, t'es foutu, les lycéens sont dans la rue". En province également des manifestations étaient organisées. Ainsi entre 1.200 lycéens, selon la police, et 1.500 selon les organisateurs, ont défilé jeudi après-midi à Lyon. A Toulouse de 1.500 à 3.000 manifestants ont défilé, 200 à Auch. De 5.500 à 9.000 personnes selon la police ou les lycéens ont manifesté jeudi matin à Grenoble où des incidents ont éclaté en fin de défilé.

arcenciel.gif (1653 octets)Lyon : 3000 Toulouse : 3000 Alès : 1000 Albi : 800 Saint Etienne : 700 Chambery : 600 Valences : plusieurs centaines

arcenciel.gif (1653 octets)16 organisations soutiennent la mobilisation lycéenne Une dizaine de fédérations de l'Education, des parents d'élèves et des syndicats étudiants et lycéens ont affirmé jeudi dans un communiqué commun leur "soutien" à la mobilisation actuelle contre les 11.200 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2008. "Nous condamnons les 11.200 suppressions de postes ans le budget 2008. Nous affirmons notre soutien à la mobilisation actuelle et notre volonté commune de défendre le service public d'Education aujourd'hui menacé", écrivent ces organisations réunies dans une "interfédérale de l'éducation", au matin d'une nouvelle journée nationale de manifestation. La mobilisation a pour but d'obtenir les "moyens nécessaires à la réussite de tous les élèves" et s'élever "contre les choix gouvernementaux de politique éducative régressive". Ce texte est signé par les fédérations de l'Education FSU, SNES, SNEP, SNUEP, SNUIPP, SE-UNSA, UNSA-Education, SGEN-CFDT, FNEC-PP-FO, FAEN, les parents d'élèves de la FCPE, l'Unef (un des deux des principaux syndicats étudiants), l'UNL (Union nationale des lycéens) et la Fidel, les deux principaux syndicats lycéens, ainsi que la Ligue de l'enseignement et Jeunesse au plein air (mouvement éducatif).

arcenciel.gif (1653 octets)C'est pas beau de mentir! http://www.dailymotion.com/search/darcos/video/x51eh5_darcos-menteur_news

11 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Versailles: 15 lycéens interpellés pour vol et dégradation lors d'une manifestation Quinze lycéens ont été interpellés vendredi à Versailles pour dégradations et tentative de vol à l'étalage en marge d'une manifestation où trois cents lycéens, selon la police, ont protesté contre la réduction des postes à la rentrée 2008. Les manifestants ont commencé leur marche depuis le lycée technique Marie Curie à Versailles puis ont occupé une partie de l'avenue de Paris avant de gagner l'entrée du lycée La Bruyère, a raconté la police. Des pierres ont été jetées contre les policiers, a précisé cette source, sans toutefois faire de blessés. Dix lycéens ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de dérober un manteau au Monoprix situé dans le centre de la ville. Cinq autres pour des dégradations de mobilier urbain. Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Versailles.

arcenciel.gif (1653 octets)Des incidents se sont produits lors de la mobilisation lycéenne devant le rectorat de Créteil cet après-midi. Le rectorat a été caillassé. 4 lycéens de Jean Jaurès, coupables ....d'être impliqués dans le mouvement de prostestation, se retrouvent en garde à vue au commissariat de Créteil.Ils seront présentés en comparution immédiate au Tribunal de Grande Instance de Créteil demain à 9 heures. Parents et enseignants sont appelés à se rendre massivement au TGI de Créteil, afin de témoigner de leur soutien à ces lycéens qui ne sont pas des casseurs et assurer une présence aux côté des autres lycéens qui se présenteront. Tribunal de Grande Instance de Créteil rue Pasteur

arcenciel.gif (1653 octets)Au lycée Louis Armand (15e): l'élève qui est le plus en pointe depuis le début du mouvement s'est fait coincer par la police. Suite à un blocage et un débrayage du lycée Camille Say, il s'est fait interpeller par la police. Elle l'a gardé de 9h à 16h en garde à vue aujourd'hui, le menaçant de le faire passer en comparution immédiate s'il n'avouait pas des faits qu'il n'a pas commis. En effet, lors du débrayage de Camille Say, une vitre a été cassée...or le maire du 15e (Philippe Goujou) qui tourne depuis le début des blocages aux alentours du lycée Armand a pris une photo de ce lycéen portant une barrière (pour organiser le blocage)...la police s'est servi de la photo pour l'intimider...et lui dire que s'il signait des aveux, il n'aurait à payer que 20 euros d'amende lors d'1 procès...sinon c'était la comparution immédiate... Il y a-t-il des enseignants de L. Armand sur la liste? Les syndicats qui sont sur la liste peuvent-ils contacter les éventuels syndiqués qui sont sur le bahut? J. Renoir (Bondy): Je viens d'apprendre à l'instant que le proviseur a exclu aujourd'hui un élève, qui a participé au blocage, pendant une semaine et qu'il a annoncé à d'autres qu'il les passerait en conseil de discipline à la rentrée...On se charge de cela dès lundi matin.

arcenciel.gif (1653 octets)http://www.fcpe94.ouvaton.org/spip.php?article277&var_confirm=rSCzXgfb#sp277
A signer en ligne Pétition du comité de soutien aux lycéens de Darius Milhaud (Kremlin-Bicêtre-Val de Marne) réprimés pour avoir défendu leur droit à l’éducation Rassemblement à l'appel du comité de soutien Jeudi 17 Avril 18 h 00 devant le lycée Darius Milhaud

15 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Manifestation lycéenne à Paris: 24 personnes en garde à vue Vingt-quatre personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lors de la manifestation lycéenne qui a réuni mardi à Paris de 20.000 à 50.000 manifestants selon les sources, a-t-on appris de source policière. Sur les vingt-quatre personnes interpellées, douze l'ont été pour port d'arme prohibé, sept pour violences volontaires sur agents de la force publique, trois pour dégradations volontaires, un pour vol avec violence, et le dernier pour entrave à la circulation des trains, selon la même source. Trois policiers ont été légèrement blessés et un manifestant victime d'une agression violente et souffrant d'un traumatisme crânien a dû être conduit à l'hôpital, a-t-on précisé. Au total, sur le parcours de la manifestation, douze véhicules ont été dégradés, et la vitrine d'une boulangerie a volé en éclats, a-t-on indiqué. Les services de secours, pompiers et Samu ont dû intervenir à 19 reprises pour des blessés légers.

 

16 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Incroyable censure : La vidéo, où l'on voit Darcos se ridiculiser sur des connaissances de base en français et en maths, est censurée !!! Bon nombre de site hébergeant ladite vidéo, l'on purement et simplement supprimée .
La majorité des liens sur Google renvoyent vers des fichiers qui ne sont plus disponibles Les raisons évoquées pour supprimer ces vidéos sont affligeantes et pathétiques : "non respect des conditions d'utilisation" ! On se dirait en Chine ou en URSS !!! Bel exemple de désinformation ! Heureusement, la vidéo ne cesse de renaître, tel le phénix :
http://www.dailymotion.com/video/x4ycoy_bonnet-dane-pour-darcos_news
http://www.rue89.com/2008/04/05/darcos-pas-tres-a-laise-avec-la-conjugaison-et-la-regle-de-trois
http://www.dailymotion.com/search/darcos/video/x4yjqt_darcosaupiquet_news
http://fr.youtube.com/watch?v=ga67Z3ACv9o
http://www.wat.tv/video/darcos-piquet-kork_gmzs_.html

toutes celles qui sont ci dessus ont été supprimées depuis!!! celles ci n'étaient toujours pas censurée le 1 octobre 2008:
http://eppee.ouvaton.org/article.php3?id_article=540
http://ensemblesnuipp.wordpress.com/2008/04/07/darcos-le-passe-anterieur-et-la-regle-de-3/
http://www.dailymotion.com/video/x5918i_la-regle-de-trois-monsieur-darcos_news

http://www.dailymotion.com/video/x540ni_darcos-et-la-regle-de-trois_news

http://www.chauffeurdebuzz.com/xavier+darcos+ne+sait+pas+faire+une+regle+de+trois+et+conjuguer+au+passe+anterieur-3445

http://www.paperblog.fr/606716/la-regle-de-trois-et-xavier-darcos/

 

17 avril

arcenciel.gif (1653 octets)Manif lycéenne : Tabassé, placé en garde à vue et inculpé Témoignage de Maël interpellé et inculpé de la manifestation lycéenne du jeudi 17 avril 2008 « Je suis venu à cette manif en solidarité avec les lycéens avec quelques potes étudiants à Nanterre. Au bout d’une heure, en tête de cortège, on commence à voir des petits groupes de flics en civil qui surgissent et effectuent des petits raids. Ils attrapent des manifestants qui ne font pas la fête avec la FIDL et son SO rémunéré. A côté d’un début de bagarre, il les tirent derrière les rangées de CRS, les CRS encerclent tout. Les flics en ‘mobiles’ brandissent des gazeuses, les utilisent pour se replier et se protéger d’éventuelles réactions. On se prend plein de gaz lacrymo dans la gueule, leurs percées à répétition créent des mouvements de foule et de la tension. 5 minutes après, ils remettent ça, cette fois-ci je suis juste devant les flics et un d’entre eux tend sa bombe lacrymogène sous mes yeux. Pour éviter de goûter une nouvelle fois aux délices du gaz lacrymo, je me protège, je tente de lui faire tomber des mains sa bombe ou au moins de l’éloigner. Pour moi c’était un acte spontané et naturel. De toute façon ça ne suffit pas. Je m’écarte rapidement et je sens que plusieurs personnes m’attrapent, me frappent et me crient « à terre ». En me retournant je vois le flic qui me menaçait avec sa gazeuse, il me porte un coup violent dans la cheville. Je leur dit « OK c’est bon » mais de toute évidence pour eux le compte n’y est pas : une pluie de coups de tonfas s’abattent sur mes jambes.4 flics me tiennent et me plaquent au sol en cognant ma tête sur le bitume. Sur le coup je sens plus des sensations vioves de brûlures que de la douleur prolongée. Ils me tordent un bras dans le dos et le flic qui m’écrase l’autre bras avec son genou sur le dos me gueule « donne ton bras ! ». Je lui dit « je ne peux pas respirer », il enfonce un peu plus son genou. ..
http://www.luttes-etudiantes.com/forum/viewtopic.php?t=4533

24 avril

arcenciel.gif (1653 octets)La manifestation la plus importante a eu lieu à Strasbourg où les lycéensétaient entre 2.500 et 3.000 à défiler aux cris de "Lycéens en colère, y ena marre de la galère". Ils étaient également entre 1.000 (police) et 1.500(organisateurs) à Tours, et entre 1.000 et 3.000 à Toulon. Ailleurs enrevanche, comme à Marseille (300), Rouen (700), Angoulême (entre 200 et 800), Avignon (400) ou Lille (250), ils n'étaient que quelques centaines.

28 avril

arcenciel.gif (1653 octets) Les mouvements lycéens suscitent une forte majorité - 65% - d'opinions favorables, contre 30% de désapprobation, selon un sondage BVA pour l'Express rendu public aujourd'hui. 65% des personnes interrogées se disent "plutôt favorables" à ces mouvements, 30% étant d'un avis inverse et 5% ne se prononçant pas, selon cette enquête. Les lycéens manifestent depuis quatre semaines principalement contre les suppressions de postes dans l'Education nationale. Sondage réalisé en face à face du 22 au 24 avril auprès d'un échantillon national représentatif de 994 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la commission nationale des sondages

29 avril

arcenciel.gif (1653 octets) Gard(30), où la FCPE avait appelé les parents à garder les enfants chez eux pour manifester leur soutien, 66% des collégiens et lycéens étaient absents, selon l'inspection d'académie.

arcenciel.gif (1653 octets)Réductions de poste: 700 à 1.000 "lycéens en lutte" manifestent à Toulouse
Quelque 700 lycéens selon la police, 1.000 selon les organisateurs, ont manifesté mardi après-midi dans les rues de Toulouse derrière une grande banderole "Lycéens en lutte".
Les lycéens de plusieurs établissements de Toulouse et de son agglomération, rejoints par des lycéens venus du Tarn-et-Garonne voisin, ont défilé dans les rues du centre-ville avec des pancartes telles que "Economiser dans l'éducation, c'est fabriquer un pays de cons", "Sarkozy, tes réformes sont comme toi, petites et dangereuses".
"Cette manifestation est considérée comme un tour de chauffe. Rien à changer dans nos revendications, nous donnons rendez-vous au mardi 6 mai", a prévenu Marco, en terminale au lycée polyvalent du Mirail, où se sont rassemblées 200 à 300 personnes dans la matinée.
Quelques enseignants s'étaient joints au cortège parti de la place du Capitole. "On préfère travailler tous que travailler plus", proclamait une pancarte brandie par des jeunes du lycée Victor Hugo de Colomiers, près de Toulouse.

arcenciel.gif (1653 octets)Suppressions de postes: de 1.600 à 3.000 lycéens manifestent à Tours
Environ 1.600 lycéens selon la police, 3.000 selon les organisateurs, ont manifesté à Tours. Les jeunes ont défilé en scandant: "Réforme Sarkozyste égale jeunesse qui résiste" ou encore "priorité à l'Education, non à la suppression". Quelques projectiles ont été lancés sur les forces de l'ordre, a-t-on appris de source policière. Les lycéens ont voulu se rendre sur l'Autoroute A10 qui traverse Tours mais les forces de l'ordre les en ont empêchés. A Orléans (Loiret), environ 400 lycéens ont défilé. A Châteauroux (Indre), ils étaient environ 300 et Blois (Loir-et-Cher), environ 200.

arcenciel.gif (1653 octets)Mobilisation lycéenne à Nice: 1.500 à 4.000 manifestants
Des lycéens, sensiblement plus nombreux que lors de leur dernier défilé -1.500 selon la police, 4.000 selon les organisateurs- ont manifesté mardi à Nice. Derrière une banderole "élèves en danger, postes supprimés". Accompagnés par un petit nombre d'enseignants, ils ont scandé des slogans tels que "Darcos, t'es foutu, la jeunesse est dans la rue", ou "une seule solution, la manifestation!".

arcenciel.gif (1653 octets)Budget de l'éducation: 1.500 lycéens dans les rues de Rouen selon la police
Aux cris de "Sarko t'es foutu, la jeunesse est dans la rue", les manifestants ont parcouru les principales rues de la ville. Sur les banderoles on pouvait lire: "Non à l'école du capital", "En 2010: dis Maman, c'est quoi un prof" ou encore "Mai 68, le retour". Quelques étudiants de Sud et de l'Unef et quelques enseignants de FO, de la CFDT et du Snes figuraient également dans le cortège.
Il s'agit de la troisième et de la plus importante manifestation organisée par ces lycéens à Rouen depuis la reprise des cours le 21 avril après les vacances de printemps. Au Havre, environ 400 de leurs condisciples, selon la police, ont également manifesté.

arcenciel.gif (1653 octets)Grenoble - Mouvement lycéen: entre 550 et 800 manifestants, trois interpellations
Entre 550 et 800 lycéens, selon la police ou les organisateurs, ont manifesté mardi matin dans les rues de Grenoble et des incidents ont éclaté en fin de matinée. Trois mineurs, originaires de Voiron (Isère), qui ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, ont été interpellés lorsque le cortège a fait une halte devant le rectorat, a précisé la police. Auparavant, les manifestants avaient défilé dans les rues de la ville aux cris de "nous sommes les lycéens, en guerre contre l'Etat" et portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "bac pro en trois ans, précarité au tournant".

arcenciel.gif (1653 octets)RENNES - 1500-2500
grande mobilisation du premier degré. Plus de 300 écoles en grève sur le département. le secondaire était là minoritairement.

arcenciel.gif (1653 octets)Suppressions de postes d'enseignants: manifestation tendue à Poitiers
Environ 1.000 lycéens ont défilé mardi après-midi à Poitiers, au cours d'une manifestation marquée par quelques incidents. Après avoir crevé plusieurs pneus de voiture sur le parcours, des lycéens ont envahi le siège de l'UMP et vidé le bar, dispersé tracts et photos sur la voie publique. Ensuite, ils se sont emparés de barrières de la ville, trouvées sur leur trajet, et ont barré une rue du centre ville. Après avoir lancé des canettes sur les forces de l'ordre, ils ont commencé à jeter les barrières. Les forces de l'ordre ont alors lancé des gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Il n'y a pas eu de blessés.

arcenciel.gif (1653 octets)Postes d'enseignants: première mobilisation lycéenne d'ampleur en province
La province a mobilisé mardi des lycéens et enseignants par milliers contre les suppressions de postes prévues dans les collèges et lycées à la rentrée, une première pour une mobilisation qui n'avait jusqu'ici décollé qu'en région parisienne. Avec entre 20.000 et plus de 30.000 manifestants selon un comptage effectué par les bureaux de l'AFP et entre 40.000 et 50.000 selon le syndicat lycéen Fidl, ce sont plus d'une trentaine de villes des zones A et B qui se sont mobilisées au total. Des syndicats avaient en outre ponctuellement appelé les enseignants à la grève, qui ont grossi les rangs des jeunes manifestants.
Les deux syndicats lycéens, la Fidl et l'UNL ont appelé les lycéens à se joindre aux cortèges du 1e mai pour maintenir le rapport de force avec le gouvernement tant que la zone C (Paris, Créteil, Versailles et Bordeaux) n'est pas rentrée.
A son retour et une fois passés les ponts du mois de mai, une journée de mobilisation fonction publique, éducation, lycéens est prévue le jeudi 15 mai, puis une manifestation nationale le dimanche 18 mai à l'appel de la FSU et enfin une nouvelle journée d'action le samedi 24 mai.
"On ne peut bâtir une école qui vise à la réussite de tous en étant guidé par des logiques uniquement comptables et budgétaires, la réforme du lycée doit se faire dans l'intérêt des lycéens et non pas contre eux", a prévenu l'UNL dans un communiqué. "La mobilisation d'aujourd'hui a montré que les lycéens sont de plus en plus nombreux dans les rues à refuser la logique budgétaire du gouvernement", a renchéri la Fidl dans un communiqué séparé.

8 mai

arcenciel.gif (1653 octets)" C'est une bouffonnerie. Ils peuvent défiler, mais tout çà ne sert à rien !", explique le ministre de l'Education nationale à propos du mouvement lycéen. Il affirme qu'"il ne sera pas le ixième ministre (de l'Education) à céder ! Je serai le premier ministre à tenir bon le cap de la réforme". Xavier Darcos sur : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20080508.OBS3039/darcos__les_manifestations_ne_servent_a_rien.html


une autre chronologie sur un autre site: http://berthoalain.wordpress.com/2008/04/20/mouvement-lyceen-2008/

arcenciel.gif (1653 octets)Le mouvement reprend en octobre 2008

 

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

 

web compteur