un document vidéo : propagande et mensonge de la nasa?
http://video.google.fr/videoplay?docid=-2411548770836462608

Sciences & Avenir

JANVIER 2001 -- N° 647

Analyse et contre-analyse

A-t-on vraiment marché sur la Lune ?

Depuis 1969, certains s'interrogent. L'exploit des Américains a-t-il été mis en scène dans un studio ? Des internautes passent et repassent au peigne fin les images transmises par la Nasa. "Sciences et Avenir" en a fait autant. Mise au point.

210769armstrong.jpg (41509 octets)

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?

retour chronologie 1969

NASA / JSC

Houston, 20 juillet 1969. L'atmosphère est oppressante dans la salle de contrôle de la Nasa. Le souffle court, le coeur battant, ingénieurs et techniciens ont les yeux rivés sur leurs ordinateurs. La voix de Buzz Aldrin grésille dans les haut-parleurs, égrenant les chiffres de la descente : " Altitude 300 pieds ... 75 pieds ... 40 pieds, nous ramassons un peu de poussière. " Sur le grand écran qui surplombe les têtes, on voit s'approcher la surface grise de la Lune. " 30 pieds, une ombre ... 20 pieds ... Contact, lumière. " Quelques mots encore. Puis la voix d'Armstrong : " Moteurs coupés. [Pause] Houston, ici base de la Tranquillité. L'Aigle s'est posé. " Concert de soupirs et d'applaudissements à Houston. Durant quelques minutes encore, des millions de téléviseurs retransmettent les échanges grésillant entre Houston, Buzz Aldrin et Neil Armstrong, les deux occupants du minuscule module qui vient de se poser sur la Lune. Puis la communication est interrompue et les écrans redeviennent noirs.

A quelques centaines de kilomètres de là, sous un immense hangar secret de la Nasa, dans les montagnes de l'Arizona, des techniciens éreintés goûtent enfin une cigarette bien méritée et éteignent un à un les projecteurs. Armstrong et Aldrin se dirigent vers la salle des douches, tandis qu'une autre équipe prend le relais et fignole le décor désolé de roches et de cendres poudreuses pour la prochaine transmission télévisée depuis la Lune, celle, mémorable, où Armstrong devra déclamer d'une voix claire : "C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité." C'est cette autre "vérité", cette "vérité de l'ombre et des coulisses" que tente aujourd'hui d'imposer une poignée de Sherlock Holmes des réseaux. En fait de " bond de géant ", il s'agirait plutôt du " canular du siècle ", affirme Philippe Lheureux, l'un de ces pourfendeurs de la conquête spatiale.

" Je ne dis pas que les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, tempère-t-il, je pense simplement qu'ils n'ont pas diffusé les vraies photos, gratuitement, au monde entier. Auraient-ils divulgué si facilement aux Russes des renseignements aussi importants alors qu'ils ne leur ont pas donné un seul gramme d'échantillons de roche lunaire sur les 382 kilos rapportés ? " Pour lui, la Nasa nous dissimule une vérité beaucoup plus fascinante : la Lune est habitée et les astronautes qui l'ont survolée ont vu des êtres plus évolués que nous. Soucieuse de garder secrète ces " précieuses informations ", la Nasa aurait alors préféré diffuser des images fignolées en studio. A moins que tout ne soit que poudre aux yeux, que personne, jamais, n'ait posé un pied sur la Lune ...

La théorie du complot n'est pas nouvelle puisque, dès 1969, des journaux américains mettaient en doute l'exploit de leurs compatriotes. Depuis lors, l'idée d'une tromperie lunaire réapparaît régulièrement dans les médias et inspire même des scénarios de films. Tel Capricorne One, de Peter Hyams, où trois astronautes simulent en studio un débarquement sur Mars. Reste que les scènes martiennes de ce film de 1978 n'auraient trompé personne à l'époque. Que penser alors de photos et de films " truqués " réalisés en 1969, avec des techniques d'effets spéciaux de l'époque, qui duperaient encore aujourd'hui les meilleurs des spécialistes ? Surtout, souligne Kirsten Larson, spécialiste des affaires publiques à la Nasa, il existe " des preuves physiques irréfutables : engins spatiaux, pierres lunaires, les 18 hommes qui ont mis le pied sur la Lune, ceux chargés de la mission de contrôle, des transmissions télévisées en direct. Tout cela, ajoute-t-elle, témoigne de la réalité du programme Apollo. "

Tout cela, pourtant, ne convainc pas les partisans de la théorie du complot, pour qui les hommes impliqués à Terre auraient pu être leurrés eux-mêmes. En France, le détracteur le plus virulent (voire le seul) est Philippe Lheureux, un amateur de photographies d'astronomie qui a su entendre les doutes émis par sa " tante Jeanine ". Il a créé un site d'analyse des photos de la Nasa (lire les encadrés) et vient de publier un ouvrage sur le sujet*. Outre-Atlantique, au moins deux autres sites égrènent les mêmes analyses. Le plus extrême est celui de Kevin Overstreet qui affirme haut et clair que tout est truqué et, par conséquent, que personne n'a jamais mis les pieds sur la Lune. Quant à David Percy, un producteur de télévision, il s'interroge sur un fait historique pour lequel nous n'avons d'autres preuves que celles fournies par la Nasa elle-même. Autant dire aucune preuve "objective", suggère-t-il. Sans compter que ces images, soulignent les trois hommes, semblent très douteuses. Les ombres sont incohérentes, ici et là on croit apercevoir le reflet d'un projecteur, les astronautes n'ont pas la démarche qui sied en situation lunaire, leur matériel semble bien peu protégé dans un univers si hostile, le même décor sert deux fois pour des images différentes et incohérentes l'une avec l'autre, etc.

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?


Effets d'optique
légende


Il faut dire que la lecture que les trois hommes font des magnifiques images de la Lune est, de prime abord, très troublante. Le doute s'insinue. Mais il ne résiste pas longtemps à l'analyse des images replacées dans le contexte des expéditions lunaires et de la technologie photographique de l'époque. Ombres étranges et premiers plans truqués s'avèrent n'être que des effets d'optique, les "projecteurs" ne sont que de simples reflets dans la lentille, les différences dans le décor s'expliquent par l'utilisation de focales différentes, etc. Il ne faut pas longtemps pour démonter un à un les arguments des partisans du complot. Sur le Net, plusieurs passionnés d'espace se sont livrés au jeu de la contre-analyse, créant des sites dédiés à la réhabilitation des images du programme Apollo. Mais rien ne peut ébranler le doute bien installé d'un Philippe Lheureux, pour qui " tout n'était que propagande politique et savante mise en scène destinée à drainer des fonds pour l'armement et à gagner la guerre psychologique vis-à-vis des Russes. Toutes les pierres ont été rapportées par des sondes automatiques. " Soit un chapelet d'opérations coûteuses et compliquées, bien plus compliquées qu'un simple débarquement sur la Lune...

* Lumières sur la Lune, Philippe Lheureux, Carnot Documents, 2000.


Sylvie Rouat

Une caméra à découvert

Un peu étrange, remarque Philippe Lheureux, cet appareil photo livré presque nu au vide, au froid (-150 °C à l'ombre), à la chaleur (+130 °C au soleil) et aux radiations X et ultraviolettes. Et puis, " si l'on regarde le reflet dans la visière du casque, on aperçoit des ombres qui partent dans deux directions différentes. J'ai beau regarder dehors, je ne vois pas deux soleils ...

Pourquoi le côté de la combinaison est-il éclairé par un soleil brillant qui n'éclaire pas le sol derrière l'astronaute ? Et que penser de l'ombre des jambes de l'astronaute visible dans la visière du casque ? Il est éclairé de face et se trouve en face de l'autre qui, lui, est éclairé de côté ! "

En fait, les appareils photo utilisés depuis 1962 dans les programmes spatiaux Mercury, Gemini et Apollo étaient des Hasselblad 500 allégés et peints en noir pour réduire la réflexion lumineuse. D'après Hasselblad, ils avaient été modifiés pour s'adapter aux conditions lunaires et diverses lentilles furent testées au fil des missions. Par ailleurs, le passage de la chaleur au froid n'est pas aussi brutal que le pense Philippe Lheureux et les appareils photo ne sont pas restés suffisamment longtemps exposés aux rayonnements pour que leur mécanique en souffre.

Quant aux ombres, elles sont normalement déformées par la réflexion sur la surface sphérique de la visière de l'astronaute. Une expérience très simple réalisée par Bernard Lemoine et Jean-Luc Destombes, du laboratoire de physique des lasers de Lille, montre qu'une scène reflétée dans une boule de Noël présente les mêmes apparentes incohérences des perspectives. En utilisant deux bouteilles de lait blanches, les deux chercheurs montrent également " comment les zones d'ombres du scaphandre de Bean sont généreusement éclairées par le scaphandre de l'astronaute photographe ".

Et la petite sphère blanche, visible à gauche de l'astronaute ? Ne s'agit-il pas d'un projecteur ? " Pas du tout, répond le photographe François Guénet. Sa forme octogonale indique qu'il s'agit d'un effet courant de diffraction de la lumière. En 1969, les laboratoires n'avaient pas encore vraiment mis au point des traitements antireflets. "


Le décor dévoilé

Le même fond pour deux photos différentes prise lors de la même mission , on croit rêver ! ", jubile Philippe Lheureux. " Où est donc passé le Lem sur la deuxième photo ? Il est devant le cratère ... certes, mais alors pourquoi ne voit-on pas le cratère sur la photo du Lem ? " Si, en effet, " les arrière-plans se recoupent parfaitement, les premiers plans sont en totale contradiction les uns avec les autres. " Un photographe à qui l'on a montré ces deux clichés s'est d'abord exclamé : " Là il y a quelque chose, ça sent le montage. " Mais ce sentiment n'a pas résisté à l'examen minutieux des photos incriminées. Car, en y regardant de plus près, les arrière-plans ne se recoupent pas exactement, comme Bernard Lemoine et Jean-Luc Destombes, du Laboratoire de physique des lasers, atomes et molécules de Lille l'ont mis en évidence sur le montage ci-contre (les flèches partent du sommet d'une colline vers un petit cratère sombre). Sachant que les montagnes sont à 4 ou 5 kilomètres de distance, il est évident qu'en bougeant de quelques dizaines de mètres au même endroit (comme cela a été le cas lors de cette troisième sortie de la mission Apollo 15), l'arrière-plan ne se modifie que de manière très subtile, à peine visible de prime abord. Le cratère visible sur la deuxième photo se trouve en réalité à la même hauteur que le Lem. Le deuxième cliché a été pris de l'intérieur du cratère de 15 mètres de diamètre, en contrebas du terrain. Le Lem invisible est alors à gauche et la ligne de démarcation qui partage la photo marque un simple relief du terrain.

anfl_droite.gif (14053 octets)

menu général perdu?


Une Lune grande comme un studio

Je veux bien que sur la Lune la ligne d'horizon soit plus proche que sur Terre, mais à ce point-là!", s'exclame Philippe Lheureux. En fait, le même effet de proximité de la ligne d'horizon peut être reproduit sur des clichés terrestres, notamment dans des paysages de plaine, sans hauteurs visibles à l'horizon. Il suffit de prendre une photo en contrebas d'une légère butte pour avoir l'impression que le sommet de cette butte marque l'horizon. C'est vraisemblablement cet effet qui trompe nos sens sur ce cliché lunaire. De la même manière, les ombres apparemment étranges de cette image sont simplement déformées par un effet de perspective.


Une Terre grosse comme une orange ?

Vraiment basse sur l'horizon et bien petite, cette Terre qui devrait faire 6 fois la taille de la Lune sur Terre ! ", s'exclame Philippe Lheureux. Première erreur : la Terre n'est que quatre fois à peine plus grosse que la Lune (c'est la gravité qui est six fois moindre sur la Lune). Certes, renchérit le sceptique, mais que penser de la comparaison entre cette photo et celle (en incrustation) prise lors du survol de la Lune par le module Apollo 11, qui couvre une plus vaste région de la Lune, et où la Terre apparaît bien plus grosse? " Effet d'optique ou mauvais truquage ? "

Réponse immédiate du photographe

François Guénet : " Il s'agit tout simplement d'un effet dû à l'utilisation de deux objectifs différents pour l'une et l'autre photo. La photo prise depuis le sol lunaire a, de toute évidence, été réalisée avec un grand-angle, tandis que celle qui est prise au-dessus de la Lune a été faite avec un téléobjectif, qui agrandit l'objet lointain visé, en l'occurrence la Terre. "

Sciences & Avenir N°647

lune.gif (93875 octets)

retour chronologie 1969

  web compteur